« Djenkafo » (Espace Beaurepaire, Paris)

Djenkafo, ou « ce que l’on dit à 2 » …
Voici ce que le mot signifie en Dioula, langue d’Afrique de l’Ouest.

Ce n’est donc pas surprenant si deux ans après leur première collaboration à la Galerie 38 à Paris (« Vernissage exposition…« ), Stéphanie Ledoux et Maud Villaret remettent ça à l’Espace Beaurepaire dans le Xe arrondissement de la Capitale !

Elles se complètent encore à la perfection et nous proposent de nouvelles et sublimes créations à quatre mains à côté de leur propre travail individuel.

C’est coloré. C’est multi-supports, multi-matières. On voyage. C’est beau !

Les deux femmes sont assurément non seulement auréolées de leur génie artistique respectif mais aussi animées d’un partage métissé au bout de leurs crayons, pinceaux et aiguilles.

J’étais au vernissage le 29 novembre dernier.
Vous avez jusqu’à dimanche pour aller les admirer !

Espace Beaurepaire
28 rue Beaurepaire
75010 Paris

« Faire danser les gens » de Fred Rister…

#FDG , ou la musique en « infra-veineuse » (les connaisseurs comprendront et apprécieront; les autres reviendront vers moi pour les explications)…

Avouons d’emblée que je souffre d’une culture musicale assez pauvre (disons que ma playlist n’est pas aussi « avouable » que celle de Mon Brun). Je craignais du coup que ce livre ne soit pas du tout pour moi.
Alors faites ce que j’ai fait : sortez de votre zone de confort le cas échéant et plongez-vous dans ce que vous ne connaissez peut-être pas parce qu’au final nous avons tous esquissé des mouvements bougé (grave) nos popotins et/ou chantonné perdu nos voix sur « I Gotta Feeling » (et bien d’autres tubes planétaires : « Love Don’t Let Me Go » , « Love Is Gone » …).

C’est l’histoire d’un p’tit gars du Nord, d’un homme de l’ombre qui s’est battu et qui se bat toujours pour tenter de réaliser tous ses rêves…

Emprunt d’une justesse naturelle et bien écrit (jolie surprise), les lignes ne souffrent d’aucun bling-bling, pathos ou autre chose qui pourrait déranger le lecteur malgré les noms évoqués et le sujet.

Un p’tit miracle se produit à la lecture et j’espère que Fred Rister ne fera pas danser les anges trop vite…

Note de l’éditeur (Editions Séguier) :

« Je suis de Malo-les-Bains, près de Dunkerque. Fils d’ouvrier tranquille, je décrochai un BP de coiffure, gagnais ma vie, j’étais aimé de mes parents et bien sûr, quelque chose me manquait. C’est au Stardust, la boîte mythique de La Panne, assis dans la cabine du DJ, que quelque chose changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie. Ça doit être ça, une « vocation », et trente ans plus tard des célébrités m’embrassaient, je me retrouvais en haut des classements mondiaux, ceux des ventes de disques, et je voyais la planète entière danser sur mes tubes ! Cette musique ? Je fais de l’électro pop music. La plus controversée – et méprisée – de la musique actuelle. Mais la plus populaire, aussi. Une œuvre existe dès lors qu’elle est lue, vue, écoutée – ici, je rivalise avec Ravel ! Alors n’allons pas écrire qu’un homme sût croire en son « destin » ou je ne sais quelle connerie. J’ai subi neuf cancers. Je suis le plus célèbre des inconnus. Je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher leur gloire. Et je n’ai pas quitté le Nord comme jamais je ne renierai ma musique. Il n’y aurait pas d’autre façon de se trahir. De se mentir. De se tuer. »

Fred Rister est un DJ et producteur de musique électro pop français. Il a co-écrit et co-produit plusieurs des grands tubes planétaires de David Guetta, dont les hits Who’s That Chick et I Gotta Feeling avec les Black Eyed Peas. Ils reçoivent ensemble en 2011 le Grammy Awards de la Meilleure Chanson Dance de l’année pour When Love Takes Over.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Fred Rister lors de la séance de dédicace organisée à la Librairie Idéale à Paris mercredi soir.
Un beau moment. Il n’est en effet pas avare du temps accordé aux personnes qui viennent le voir et il est d’une humanité rare…

Ce livre se lit autant qu’il s’écoute.
Carole Madelon-Marie a créé LA playlist à offrir en parallèle à vos oreilles sur Spotify.

Outre cette auto-biographie, il est à rappeler que le 16 mars dernier est sorti dans tous les bacs le titre « I want a miracle » (#IWAM).

Que ce soit pour le single ou le livre, sachez que Fred Rister reverse l’intégralité des ventes à Kidney Cancer Association.

#fuckcancer

« Même les monstres » (Théâtre Antoine, Paris)

Hier au soir au Théâtre Antoine le comédien Charles Berling a été la voix de l’avocat-écrivain Thierry Illouz et c’était beau.

« Même les monstres » ont le droit d’être défendus. C’est sans aucun doute discutable pour certains mais c’est un fait implacable. Parce que derrière les crimes, n’oublions jamais qu’il y a des Hommes…
Sur les bancs de la Fac de Droit et aujourd’hui encore même si j’ai mis un terme à mes études de Droit Pénal que j’adorais, je l’ai toujours pensé.
Je n’ai pas encore lu ce livre que je me suis offert à l’issue de la représentation. Il me faisait de l’oeil depuis sa parution le 5 septembre dernier.
Il est désormais entre mes mains, et je vous en parlerai bientôt…

Tea Time so british chez La Thé Box…

Mercredi dernier, j’étais invitée par La Thé Box à un Tea Time so british dans leurs locaux.

OMFG, try to guess my face…

Le hasard a fait que j’ai eu la chance d’être accompagnée pour cet évènement par Sarah alias My cup of tea et Alex alias Alex Thé Fu et bien d’autres sympathiques blogueurs que j’ai pu rencontrer comme Le jardin de Mademoiselle, Du thé dans mon sucre, Poudre de bulle, Rose Grey Illustrations, etc… (pardon je n’ai pas retenu tous les noms ! )

Nous avons été reçus aux petits oignons en présence de Meghan & Harry of course (vous êtes verts là hein ?! :P ) : introduction en bonne et due forme des invités et de la Team La Thé Box, tirages au sort pour faire partie des groupes Rock ou Tradi (je suis tombée sur Audrey Hepburn, rien qu’ça !), quizzs (intéressantes anecdotes relatées), jeux, dégustations théinées bien sûr (English Rose, Earl Grey, Assam et j’ai oublié le quatrième proposé –la vieillesse fait des ravages…-) mais aussi gourmandes (sandwichs au concombre et au saumon, scones et carrot cake de chez Tea Caddy , biscuits –avec THE grand débat : on les fait tremper ou pas ?– ) et pour couronner le tout pari sur le ou les prochains enfants à venir des Duke and Duchess of Sussex !
Bref l’organisation était comme vous pouvez le constater au top et l’équipe adorable !!

J’ai passé vraiment un excellent moment comme je les apprécie et je vous recommande vivement cette box spéciale London dont je vous reparlerai dans les jours qui viennent côté thés et infusions testés (en cours).

GOD SAVE THE TEA! (and cats)

@lathebox: THANKS A LOT for all once again! (ainsi qu’à Burlington, aux Editions Robert Laffont et à McVitie’s)

M’étant abonnée pour recevoir cette box anglaise que je ne pouvais pas rater (et avant de savoir que je ferais partie de cet event), j’ai naturellement proposé dès mon retour du Tea Time un concours sur mon compte Instagram et sur ma page facebook pour celle que j’ai reçue en cadeau…

Il y a eu beaucoup de participantes (où sont les hommes qui aiment le thé ?!) et Coon Nabuchodonosor a tiré au sort la gagnante ce matin !

Le Bénéfique et Miel Factory…

La semaine dernière avait lieu l’évènement Le Bénéfique en association avec Miel Factory.

Deux très belles marques…

Avec Le Bénéfique, vous n’aurez pas de feuilles réduites en poudre : terminé les pisse-mémé et bonsoir les infusions élégantes !
Vous aurez des tiges, manuellement et minutieusement récoltées, sélectionnées et assemblées avec un p’tit drapeau mentionnant le nom de la plante en question. C’est tellement joli que je vous fais la promesse suivante : vous ne préparerez plus vos breuvages comme avant et vous prendrez du plaisir à les servir tel quel, que ce soit à vous ou à vos invités.

Avec Miel Factory, un voyage des sens sera au rendez-vous !
De France et du monde entier (les murs m’ont fait rêver), ils sauront vous régaler avec leurs miels et les produits dérivés complètement dingues qui vous donneront envie de cuisiner (miel à la truffe blanche, vinaigre au miel…).

Les deux équipes étaient fort sympathiques et pas avares de conseils et de partages côté retours d’expériences.
Savez-vous par exemple que le miel perd toutes ses vertus si vous le plongez dans l’eau trop chaude de l’infusion ? J’ai appris à le déguster en parallèle…

Une belle fin de journée c’était. Comme je les aime.

Belles dégustations à tous !

Je connaissais Le Bénéfique pour avoir découvert « La Sauge » dans une box Envouthé. J’adore leur « Tilleul » en particulier.
Pour Miel Factory c’était une première. Je me suis offert « Litchi » leur miel de Thaïlande qui me régale depuis chaque matin au petit déjeuner…

Encore un GRAND MERCI à Amandine qui se reconnaîtra…