Comment rafraîchir vos poilus en période de canicule ?

En cas de forte canicule, que nous connaissons actuellement en France, pensez à vos poilus !
Eux aussi ont besoin d’aide pour la supporter…

Il existe de nombreuses solutions en-dehors du b.a.-ba (fenêtres closes pour ne pas laisser entrer la chaleur, volets fermés aux 3/4, nourriture plus humide…).
Voici celles que j’ai retenues :

  • investissez si ce n’est pas déjà fait dans une fontaine à eau. Cet objet incite le chat à boire, ce qui est très bien ! Et ce que ce soit la canicule ou pas (bon pour éviter les problèmes au niveau des reins à terme)
  • gant mouillé à passer sur eux plusieurs fois par jour
  • glaçon dans leur(s) bol d’eau et/ou fontaine (mais pas trop sinon courante assurée !). Multipliez les points d’eau pour les inciter à boire.
  • serviettes humidifiées à plusieurs endroits de la maison (vaporisez un peu d’herbe à chat pour l’inviter à y aller) ou devant un ventilateur (ne pas le laisser allumé en dehors de votre présence par sécurité !)

Autres possibilités :

  • laissez couler un filet d’eau fraîche si vous avez une baignoire (pas très écolo cependant…)
  • prendre une bassine. Remplissez-la d’eau et mettez un jouet dedans. Pourquoi un jouet ? Cela incitera votre félin à tremper la patte et donc à se rafraîchir par ce biais.
  • « glaçon nourriture » (enrichissement pour les félins que j’ai découvert en regardant « Une saison au zoo »). Non encore testé de mon côté.
  • coussin rafraîchissant spécial pour chats ou une poche anti-douleur à placer au froid : non encore testé pour ma part non plus. Je redoute le côté gel à l’intérieur (un chat peut le percer et l’ingérer) mais il en existe sans produit. A voir…

Si vous voyagez avec eux : n’oubliez pas le brumisateur (bien que cela puisse les stresser) ou un gant à mouiller lors d’un arrêt. Ne les laissez surtout pas dans votre voiture fermée sans aération !

Le moyen de contrôle sont les coussinets. C’est par eux que le chat transpire le plus.

En cas de coup de chaleur, direction votre vétérinaire : c’est le seul qui pourra intervenir dans les règles de l’art et sans danger pour eux.

NDLR. Cette brève a été contrôlée par Isabelle Pasquet (Vetinparis), LA vétérinaire adorée de Sacré Jayavarman et Coon Nabuchodonosor (et de leurs humains) !
Un grand merci renouvelé à elle.

« Peines de coeur d’une chatte anglaise » de Balzac…

31 juillet : sur le fil du rasoir… (1/2)

Premier choix du mois de juillet (qui s’achève ce soir) du Reading Classics Challenge 2018 : Balzac !

Ces cinq nouvelles m’ont tendues les bras, ne serait-ce qu’à cause du titre…

Bien qu’inégal sur le fond en terme d’intérêt à proprement parler, j’ai tout de même passé un bon moment de lecture.

La première chose qui m’a interpelée ?
Les titres… très évocateurs!
Jugez-en par vous même :

  1. « Peines de coeur d’une chatte anglaise » qui a donné son nom au recueil.
  2. « Guide-âne à l’usage des animaux qui veulent parvenir aux honneurs ».
  3. « Voyage d’un moineau à Paris, à la recherche du meilleur gouvernement ! ».
  4. « Voyage d’un lion d’Afrique à Paris et ce qui s’ensuivit ».
  5. « Les amours de deux bêtes offerts en exemple aux gens d’esprit ».

Je vous conseille vivement au passage de lire les notices avant les textes.
Ils mettent très bien en perspective ce qu’a souhaité l’écrivain et expliquent le contexte.

Au final, c’est une étude zoologique doublée bien évidemment d’une formidable satire sociale ET humaine, d’une modernité folle !

A (re)découvrir comme il se doit donc…
Personnellement je suis ravie de l’avoir lu. J’étais passée complètement à côté jusqu’ici.

A noter les beaux dessins à l’ancienne de Grandville.

Note de l’éditeur (GF Flammarion) :

« En 1840, l’éditeur Hetzel eut l’idée d’un grand livre collectif illustré par le célèbre caricaturiste Grandville : Scènes de la vie privée et publique des animaux. À cette occasion, plusieurs écrivains de renom, parmi lesquels Charles Nodier, Alfred de Musset et George Sand, entreprirent de donner la parole aux bêtes, pour dévoiler des travers tout humains. Balzac, dans ce projet, s’imposa comme le collaborateur le plus fécond : il écrivit, en marge de La Comédie humaine, cinq nouvelles pleines d’humour et d’esprit, réunies dans le présent volume. Le premier de ces récits, Peines de cœur d’une chatte anglaise, relate les amours interdites d’une aristocratique féline et d’un matou sans le sou : on dit que, sous ce masque, Balzac aurait mis en scène sa liaison secrète avec la comtesse Guidoboni-Visconti… »

« Comment rendre mon chat heureux ? » d’Isabelle Pasquet…

Une vétérinaire formidable (que je connais depuis plusieurs années désormais et que je continue de vivement recommander), à savoir Isabelle Pasquet, Fondatrice de Vetinparis (où nos poilus ont leurs habitudes et où toute l’équipe est fantastique), gage de la qualité du contenu ainsi que des illustrations bien sympathiques by Sobigraphie.

Ce guide, je l’ai trouvé super agréable côté papier et très ludique à lire.
Je l’ai donc beaucoup apprécié : un p’tit historique (digeste) du chat et de l’homme, des conseils pour embellir le quotidien avec nos félins (tout est évoqué, rien n’est oublié), des DIY à faire avec vos compagnons, des questions / réponses, des citations, des documents utiles…

Les pages fleurent bon la passion pour un métier de appliqué à l’animal de compagnie le plus apprécié en France et ailleurs dans le monde.

En prime ? Un carnet de santé et de bien-être.

Au final, un concept original et un design des plus réussis.

« ALLEZ CHEZ VOTRE LIBRAIRE. »
Ceci est un ordre de Sacré Jayavarman et Coon Nabuchodonosor (qui ont la chance d’avoir des humains qui font tout pour leur bonheur)…  :P

Belle lecture à tous !

Miaou (la revue) 2 !

Ce matin, j’étais conviée au petit déjeuner Presse de la revue Miaou organisé pour le lancement du n° 2 qui paraitra le 6 juin prochain.
Rappelez-vous, je vous ai parlé du n° 1 il y a peu ( « Miaou (la revue) » ).

Non loin du Trocadéro, la nouvelle couverture dévoilée et affichée au numéro de la rue du rendez-vous, une grille entrouverte, des p’tits chevalets avec de belles photos, un accueil souriant dès la porte passée, des gourmandises dans le jardin du sublime hôtel particulier qui nous recevait…
Une chose est sûre : les invités étaient chaTleureusement attendus !

Pendant un peu plus de deux heures, mes vibrisses ont frisé de plaisir !
J’ai pu converser avec la plupart des personnes qui composent les équipes avenantes, humaines et bienveillantes qui ronronnent autour du magazine, Direction comprise.

Je me souviens que j’étais dans le Gers quand un certain Chevalier Libraire m’en a parlé. 
« Céline, c’est pour toi ça ! ».
Je la voulais, tout de suite, sans attendre. 
J’ai sauté dans la voiture et Mon Brun m’a emmenée dans la première toute petite ville non loin de chez mes parents. 
Une maison de la presse. Une seule. Elle a le mérite d’exister mais aura-t’elle ce type de revue ? (je pensais vraiment devoir attendre notre retour à Paris pour pouvoir me plonger dedans)
La grâce de l’espoir a fait qu’elle en avait, un seul mais elle en avait. Il était pour moi.
J’ai pu raconter cette anecdote aux personnes concernées mais encore BRAVO à celles et ceux qui s’occupent de la Distribution et qui se démènent pour rendre heureuses des personnes comme moi, où qu’elles se trouvent !

C’est vraiment une jolie aventure féline qui a commencé le 28 mars dernier et je souhaite sincèrement une longue vie à cette revue au contenu de qualité qui traite du chat, source inépuisable de sujets les plus variés (culture, voyages, reportages, conseils, enquêtes, p’tits cadeaux et j’en passe), dans tous ses états.
Qui plus est, c’est vraiment un bel objet que l’on garde dans sa bibliothèque et dont la lecture se laisse infuser (vous avez trois mois entre chaque numéro).

Alors filez chez votre libraire, à votre kiosque ou abonnez-vous !
Il faut soutenir ce type de concept « couillu » qui est né sur un coup de tête lors d’une pause café et qui a fédéré toute une bande de passionnés qui oeuvrent pour nous faire du bien.

(mrou mrou)

Vous souhaitez connaître son contenu ?
Ne comptez pas sur Coon Nabuchodonosor pour spoiler le n° 2. Ni sur moi. Ce n’est pas mon genre. Vous savez très bien que je ne le ferai pas pour ceux qui me suivent.
Offrez-vous le, et offrez-le aussi : le bien-être, ça se partage !

Miaou (la revue)

Dans la droite lignée de flow que j’adore toujours autant, je ne pouvais forcément que ronronner de plaisir avec ce nouveau concept feel good…
Alors lorsque qu’un certain Chevalier Libraire m’en a parlé, ni une ni deux je me la suis procurée.

Miaou est une revue (trimestrielle) qui parle de chats (évidemment), sous toutes ses formes.
Les sujets sont suffisamment éclectiques pour que chacun s’y retrouve.
Les photos sont belles, les textes intéressants, les anecdotes amusantes, les attentions bien ciblées.

Il s’adresse à tous les amoureux de ces poilus que j’aime tant et du papier léché comme il se doit.

Longue vie donc à ce très réussi « Mook » (magazine/book) !

Le n° 2 parait le 6 juin prochain.
A vos kiosques…

NDLR : le chocolat noir « Equateur » d’Yves Thuriès vaut le détour également…