Le quartier des petits secrets de Sophie Horvath !

En parallèle de ma brève sur son premier roman paru « Le quartier des petits secrets » , je vous propose d’en savoir un peu plus côté coulisses sur le livre…………………….. et sur Sophie ! 

Tu habites en région parisienne…
Pourquoi la ville de Bordeaux a-t’elle eu tes faveurs pour camper « Le quartier des petits secrets » ?

J’ai vécu quelques années à Bordeaux durant mes années d’études, à l‘époque où elle était en pleine transformation. J’ai habité diverses villes mais pour celle-ci ça a été un vrai coup de foudre : l’ambiance (souvent festive !), les quartiers, la culture, la gastronomie, la proximité de la mer. C’était mon petit paradis, mais je ne l’ai réalisé qu’après l’avoir quitté, évidemment ! C’est tout naturellement que j’ai eu envie d’installer mes personnages sur cette petite place avec son grand marronnier. J’étais sûre qu’ils s’y sentiraient bien.

Ton livre, bien que se déroulant en France, fleure bon à mes yeux cette atmosphère et cet humour anglo-saxons que j’apprécie tant.
Quelles influences (littéraires, cinématographiques…) te nourrissent tout particulièrement ?

Il y en a tant… je lis de tout, je regarde de tout. Mais je peux te citer des films « doudous », comme « Quand Harry rencontre Sally », « Love Actually », « Eternal Sunshine of a Spotless Mind »… les séries
« Friends » ou « Ally McBeal ». Pour ce qui est des français, je connais par cœur « Prête-moi ta main » (Lartigau) ou « Le Goût des Merveilles » (Besnard).

Pour ce qui est de la littérature, j’ai une passion pour Joyce Maynard ou Laura Kasischke, sans aucune réserve.

Je vais prendre un énorme risque…
Si je classe ton livre sur mon blog dans les « Feel Good » tant décriés par certain(e)s, quelle est ta réaction ?

Littéralement, feel good c’est se sentir bien, n’est-ce pas ? Alors si quelqu’un se sent bien après avoir lu mon livre, mais quel bonheur !! Cela dit, de façon générale il faut prendre garde aux étiquettes, ça freine parfois la curiosité.

La Littérature, c’est quoi pour toi ?

Une porte ouverte ! Un moyen d’éclater les murs ! C’est grandiloquent dit comme ça, mais quel plus beau moyen de voyager de son fauteuil ?

Ton mot préféré ?

Maman

Des rituels d’écriture ?

L’écriture c’est partout, tout le temps, sur des post-it, des carnets, mon portable, l’ordi… donc pas de rituel forcément, en revanche pour ce qui est des corrections j’ai choisi un café (que je cite en fin de roman) comme QG. Je ne peux pas l’expliquer, mais même au milieu des bruits, de la musique ou des papotages je suis plus efficace là-bas en une heure qu’en une journée à m’efforcer de rester assise et concentrée chez moi.

Une chose de toi que l’on ne connait pas… encore ?

Je deviens très influençable si on m’offre du chocolat .

Je t’ai d’abord croisée à des rencontres littéraires avant de m’abonner à ton blog « C’est quoi ce Bazar ? » qui fait partie de « Mes précieux ».
Le chemin blog-livre semble tout tracé à ce jour mais est-ce aussi simple, « facile » ?

Le blog m’a toujours paru un excellent moyen de s’exercer à l’écriture de façon régulière, en revanche pour aller plus loin et au-delà d’une envie profonde, il faut aussi un « déclic », le bon moment ou la bonne rencontre qui souffle « allez, lances-toi ». Lancez-vous !

Dernière question et pas la moindre à mes yeux (tu sais que je suis une passionnée de chats)…
Un truc m’a sacrément turlupinée à la lecture de ton livre : d’où t’es donc venue l’idée que Gizmo devait ne pas fleurer bon ?!

Quand on a adopté notre Charlie il y a 5 ans, c’était la première fois qu’on avait un chat de cet acabit, type sacré de Birmanie, avec une fourrure à longs poils absolument impressionnante. Moi qui était habituée aux chats de gouttière à poils ras ! Nos connaissances s’extasiaient : quel beau chat, une vraie bête de concours, quelle classe, etc. Sauf que notre chat de concours avait une fâcheuse tendance à oublier de se nettoyer après être passé par la litière. Du coup je me suis retrouvée un certain nombre de fois à le pister à l’odeur, pour l’empêcher d’aller s’essuyer les miches là où il ne fallait pas… ça s’est arrangé depuis, et évidemment pour le bouquin j’ai un peu exagéré, mais je ne pouvais pas ne pas le placer mon pépère-qui-pue.

Un GRAND MERCI à toi Sophie d’avoir répondu à toutes mes questions !

©Céline Huet-Amchin

Reprise (Acte II) !

Oui, oui, je suis vivante.
Deux semaines après ma dernière brève, me voici de retour une nouvelle fois !

Je ne pensais pas que ma formation « Comportementaliste félin, spécialiste du chat » serait intense au point de ne plus avoir de vie sociale, bloguesque et j’en passe…
Cela étant dit je suis ravie du sérieux de son organisation, du déroulé et de son contenu.
J’ai terminé les deux premiers modules. Youpiiiiiiii ! :D Avant de reprendre dans quelques semaines pour les quatre autres, j’ai des exercices à rendre, un premier grand examen à passer et mon mémoire à préparer. Sans parler des compléments à cette formation que je vais effectuer en mai et juin. Pas de quoi chômer !

Qu’ai-je donc fait depuis le 14 avril ?
Visite d’un refuge de chats en banlieue parisienne dans le cadre de mes études, Coon Nabuchodonosor a eu 2 ans (Joyeux Chatnniversaire à lui encore une fois !), j’ai suivi une nouvelle conférence Educhateur (« Tout pour un chat sans problème ») le samedi de Pâques avant de rejoindre Mon Brun en Bourgogne, j’ai rencontré trois petits rats adorables en cours, nos poilus m’ont activement soutenu dans mes révisions pour les différents tests que j’ai passés (ne pas oublier de leur dédier mon mémoire !) et j’ai enfin pris le temps aujourd’hui de déguster les chocolats rennais offerts par mes parents !

Voilà : vous savez tout, ou presque.
Je vais reprendre mes activités « normales » au fur et à mesure alors, à bientôt !

© photographies (que j’ai oublié de mentionner) : Céline Huet-Amchin. 

Reprise !

Un peu plus de sept jours se sont écoulés depuis notre retour d’Asie du Sud-Est et quelle semaine vient de s’écouler !

Tout d’abord et l’information est primordiale : LES POILUS SONT DE RETOUR après un aller-retour à Rennes samedi et dimanche derniers !
Avouez qu’ils vous avaient manqués…

Mise à part cela,  j’ai commencé lundi matin ma formation « Comportementaliste félin, spécialiste du chat » qui me fait retourner pour la bonne cause en salle de classe jusqu’en septembre dans le XIIIe arrondissement de Paris (et qui m’évite par la même occasion la « déprime post voyage »).
Cours et cas pratiques des plus intéressants avec huit autres personnes d’horizons divers mais animées d’une passion commune pour les greffiers : un vrai bonheur depuis mes études de Droit !
Je réfléchis déjà à mon sujet de mémoire, à rendre au plus tard fin août et emprunter la ligne 5 du métro me ravit pour l’instant quotidiennement (oui, oui, vous avez bien lu !)…

Un jet lag et une perte de voix plus tard (qui ont un chouille perturbé Sacré Jayavarman et Coon Nabuchodonosor), j’ai tout de même pu profiter de mon week-end comme il se doit et ainsi pu découvrir avec mon amie K (qui se reconnaîtra) le bien joli Sohan Café dans le XVIIIe où nous avons dégusté un bon brunch franco-iranien…

Puis après une chouette p’tite balade digestive le long du Canal Saint-Martin, retour à mes cours histoire de réviser ce que j’ai appris ces cinq premiers jours et avant de visiter un refuge pour chats en banlieue parisienne demain matin…

Belle fin de dimanche à tous !

© photographies (que j’ai oublié de mentionner) : Céline Huet-Amchin. 

Il y a dix ans…

Je ne suis pas très date dans l’absolu.
Mais certaines comptent plus que d’autres.

Il y a dix ans je découvrais l’Asie du Sud-Est… et Bangkok.
Un choc, une illumination, peu importe le terme : je me sentais chez moi.
Nous y séjournons dès que possible depuis.
Dans exactement neuf jours nous serons une énième nouvelle fois de retour dans notre pays de coeur. Et je peux vous dire que je trépigne d’impatience. 

Cet anniversaire coïncide peu ou prou avec LA rencontre de ma vie.
Celui sans qui je n’aurais sans doute pas eu le courage de subir autant d’heures d’avion aussi souvent… 🙃 

Alors pour tout cela, et parce que je suis finalement quelqu’un d’assez pudique côté vie privée que je préserve à tout prix malgré ma présence sur les réseaux sociaux : MERCI ❤️🙏🏼