2020

Mes activités félines pour Mon chat ronronne et mes heures travaillées en librairie m’ont pas mal accaparée en cette fin d’année 2019 et ce début d’année 2020…

Les plus de 300 km à pieds (merci à la grève qui m’a permis de manger tout ce que je voulais sans prendre 1g 🙃) pour m’occuper de p’tits félins m’ont laissée que peu de temps côté réseaux sociaux…

Je rattraperai dès que possible mon (continuel) retard de brèves littéraires sur mon blog mais en attendant, je ne vous oublie pas et je vous souhaite chers amis et chers abonnés devenus parfois de bien chouettes rencontres dans la vraie vie (sans oublier tous ceux que vous aimez et qui vous entourent) une très BELLE & DOUCE ANNÉE ! 🙏🏼💫

@ bientôt,

Céline

©Céline Huet-Amchin

Retour de librairie…

Je reviens de chez mon libraire bien accompagnée une nouvelle fois. 
Depuis toujours j’aime l’éclectisme en matière de livres, j’aime passer de lectures sérieuses à des lectures plus légères complètement assumées. Et vous ?

A la suite de ma récente formation à l’INFL, je me permets de rappeler ceci  : le prix du livre est fixe en France (Loi Lang). Donc s’il vous plaît, arrêtez d’aller par simple souci de facilité sur Amazon et Cie et passez vos commandes chez votre libraire indépendant si celui-ci n’a pas vos souhaits en librairie.
Attendre un ou des livre(s) est certes une frustration de dingue dans ce monde d’instantanéité absolue mais ne sous-estimez pas le bonheur que cela peut procurer et qui a du bon (et puis pendant ce temps, vous pouvez faire baisser votre PAL…).

Sur ce, belles lectures à tous !

©Céline Huet-Amchin

Le quartier des petits secrets de Sophie Horvath !

En parallèle de ma brève sur son premier roman paru « Le quartier des petits secrets » , je vous propose d’en savoir un peu plus côté coulisses sur le livre…………………….. et sur Sophie ! 

Tu habites en région parisienne…
Pourquoi la ville de Bordeaux a-t’elle eu tes faveurs pour camper « Le quartier des petits secrets » ?

J’ai vécu quelques années à Bordeaux durant mes années d’études, à l‘époque où elle était en pleine transformation. J’ai habité diverses villes mais pour celle-ci ça a été un vrai coup de foudre : l’ambiance (souvent festive !), les quartiers, la culture, la gastronomie, la proximité de la mer. C’était mon petit paradis, mais je ne l’ai réalisé qu’après l’avoir quitté, évidemment ! C’est tout naturellement que j’ai eu envie d’installer mes personnages sur cette petite place avec son grand marronnier. J’étais sûre qu’ils s’y sentiraient bien.

Ton livre, bien que se déroulant en France, fleure bon à mes yeux cette atmosphère et cet humour anglo-saxons que j’apprécie tant.
Quelles influences (littéraires, cinématographiques…) te nourrissent tout particulièrement ?

Il y en a tant… je lis de tout, je regarde de tout. Mais je peux te citer des films « doudous », comme « Quand Harry rencontre Sally », « Love Actually », « Eternal Sunshine of a Spotless Mind »… les séries
« Friends » ou « Ally McBeal ». Pour ce qui est des français, je connais par cœur « Prête-moi ta main » (Lartigau) ou « Le Goût des Merveilles » (Besnard).

Pour ce qui est de la littérature, j’ai une passion pour Joyce Maynard ou Laura Kasischke, sans aucune réserve.

Je vais prendre un énorme risque…
Si je classe ton livre sur mon blog dans les « Feel Good » tant décriés par certain(e)s, quelle est ta réaction ?

Littéralement, feel good c’est se sentir bien, n’est-ce pas ? Alors si quelqu’un se sent bien après avoir lu mon livre, mais quel bonheur !! Cela dit, de façon générale il faut prendre garde aux étiquettes, ça freine parfois la curiosité.

La Littérature, c’est quoi pour toi ?

Une porte ouverte ! Un moyen d’éclater les murs ! C’est grandiloquent dit comme ça, mais quel plus beau moyen de voyager de son fauteuil ?

Ton mot préféré ?

Maman

Des rituels d’écriture ?

L’écriture c’est partout, tout le temps, sur des post-it, des carnets, mon portable, l’ordi… donc pas de rituel forcément, en revanche pour ce qui est des corrections j’ai choisi un café (que je cite en fin de roman) comme QG. Je ne peux pas l’expliquer, mais même au milieu des bruits, de la musique ou des papotages je suis plus efficace là-bas en une heure qu’en une journée à m’efforcer de rester assise et concentrée chez moi.

Une chose de toi que l’on ne connait pas… encore ?

Je deviens très influençable si on m’offre du chocolat .

Je t’ai d’abord croisée à des rencontres littéraires avant de m’abonner à ton blog « C’est quoi ce Bazar ? » qui fait partie de « Mes précieux ».
Le chemin blog-livre semble tout tracé à ce jour mais est-ce aussi simple, « facile » ?

Le blog m’a toujours paru un excellent moyen de s’exercer à l’écriture de façon régulière, en revanche pour aller plus loin et au-delà d’une envie profonde, il faut aussi un « déclic », le bon moment ou la bonne rencontre qui souffle « allez, lances-toi ». Lancez-vous !

Dernière question et pas la moindre à mes yeux (tu sais que je suis une passionnée de chats)…
Un truc m’a sacrément turlupinée à la lecture de ton livre : d’où t’es donc venue l’idée que Gizmo devait ne pas fleurer bon ?!

Quand on a adopté notre Charlie il y a 5 ans, c’était la première fois qu’on avait un chat de cet acabit, type sacré de Birmanie, avec une fourrure à longs poils absolument impressionnante. Moi qui était habituée aux chats de gouttière à poils ras ! Nos connaissances s’extasiaient : quel beau chat, une vraie bête de concours, quelle classe, etc. Sauf que notre chat de concours avait une fâcheuse tendance à oublier de se nettoyer après être passé par la litière. Du coup je me suis retrouvée un certain nombre de fois à le pister à l’odeur, pour l’empêcher d’aller s’essuyer les miches là où il ne fallait pas… ça s’est arrangé depuis, et évidemment pour le bouquin j’ai un peu exagéré, mais je ne pouvais pas ne pas le placer mon pépère-qui-pue.

Un GRAND MERCI à toi Sophie d’avoir répondu à toutes mes questions !

©Céline Huet-Amchin