« Bretzel & beurre salé » de Margot et Jean Le Moal…

Cathie Wald pensait vraiment couler des jours tranquilles en s’installant en Bretagne. Un matin elle descend se baigner et découvre avec stupeur un nouveau corps ! Il n’en faut pas moins pour que certains se disent que depuis l’arrivée de la charmante quinqua alsacienne il se passe des choses vraiment incroyables dans ce paisible (tout du moins en principe) coin breton… 

Et c’est reparti pour un tour : retrouvailles avec les embruns de Locmaria, la pointe de Kerbrat, Cathie, Yann et tous les habitants du village dans le cadre d’un nouveau meurtre et donc d’une nouvelle enquête made in Breizh !

Un second opus que vous dévorerez jusqu’à la dernière page !
Une lecture toujours aussi agréable et efficace que je vous recommande vivement.

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Calmann Lévy) : 

« Locmaria, tranquille petite station balnéaire ? Cathie Wald commence sérieusement à en douter quand elle découvre sur la plage proche de sa maison un cadavre rejeté par la mer.

Il n’en faut pas plus pour relancer les rumeurs les plus folles à propos de notre joyeuse quinquagénaire : après tout, avant l’arrivée de Cathie il n’y avait jamais eu de mort suspecte ici. De plus, n’est-il pas curieux que son arrivée coïncide avec un tout nouveau trafic de drogue ?
Et voilà la machine à ragots qui s’emballe.
Quand les forces de l’ordre arrêtent un proche de Cathie et qu’elle-même subit des menaces, elle n’a plus d’autre choix que d’enquêter. Aidée par des amies enthousiastes et par Yann, le journaliste secrètement amoureux d’elle, elle va affronter des ennemis sans scrupule. Et leur montrer que rien ne peut faire plier une Alsacienne à la tête d’une troupe de Bretons ! »

« 1991 » de Franck Thilliez…

Tout jeune inspecteur de police, Franck Sharko débarque au mythique 36 Quai des Orfèvres.  Ses débuts aux archives pour reprendre une ancienne affaire va le mener dans une enquête de bien plus grande envergure… 

Pour les fans, la toute première enquête de Sharko qui nous immerge avec brio dans les années 90 !
Pour ceux qui ne se sont pas encore plongés dans tous les précédents livres de Franck Thilliez, c’est une superbe porte d’entrée ! 

Une fois commencée la première page, vous dévorerez le livre jusqu’au dénouement final. Inutile de résister je vous promets que vous ne le lâcherez pas ! C’est une lecture complètement addictive que nous propose encore une fois cet écrivain de polars qui fait partie de mes chouchous.

Belle lecture ! 

 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Fleuve noir) : 

« En décembre 1991, quand Franck Sharko, tout juste sorti de l’école des inspecteurs, débarque au 36 quai des Orfèvres, on le conduit aux archives où il est chargé de reprendre l’affaire des Disparues du Sud parisien. L’état des lieux est simple : entre 1986 et 1989, trois femmes ont été enlevées, puis retrouvées dans des champs, violées et frappées de multiples coups de couteau. Depuis, malgré des centaines de convocations, de nuits blanches, de procès-verbaux, le prédateur court toujours.
Sharko consacre tout son temps à ce dossier, jusqu’à ce soir où un homme paniqué frappe à la porte du 36. Il vient d’entrer en possession d’une photo figurant une femme couchée dans un lit, les mains attachées aux montants, la tête enfoncée dans un sac. Une photo derrière laquelle a été notée une adresse, et qui va entraîner le jeune inspecteur dans une enquête qui dépassera tout ce qu’il a pu imaginer… »

« Le cercle des derniers libraires » de Sylvie Baron…

Emma, libraire à Saint-Flour dans le Cantal, a créé Le cercle des derniers libraires. Trois de ses membres ont trouvé la mort dans des circonstances plus que suspectes. En parallèle de l’enquête de police, Adrien Darcy, journaliste, est envoyé sur place… 

Outre les clins d’oeil littéraires à Jane Austen (et à d’autres écrivains), ce polar qui fleure bon le terroir est un joli éloge aux livres et aux libraires.
Le lecteur rentre très vite dans l’histoire, ne peut que s’attacher aux différents personnages et joue à Hercule Poirot jusqu’aux dernières pages qui nous livrent le dénouement final. 

Loin de cette rentrée littéraire terriblement morose, bien au chaud chez vous, sous une couverture douille-douille accompagné(e) d’une tasse de thé fumante et des ronrons de votre chat, vous passerez un excellent moment. 

Belle lecture à tous ! 

 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (J’ai Lu) : 

« À Saint-Flour, Emma est une jeune libraire dynamique, créatrice d’une association de défense de la librairie indépendante, le Cercle des derniers libraires.
Victime d’un accident de vélo, Adrien Darcy n’est pas près de se remettre en selle. Mais quand le rédacteur en chef de La Montagne lui propose de mener l’enquête sur de mystérieux meurtres commis sur des libraires, le jeune homme, d’abord réticent, accepte de relever le défi.
Premier indice : les trois victimes appartenaient au Cercle des derniers libraires. Qui se cache derrière cette association ? Qui lui en veut au point d’en supprimer ses membres ? C’est ce que Darcy compte bien découvrir !

Une déclaration d’amour aux livres et à ceux qui les font vivre : les libraires. »

« Il était deux fois » de Franck Thilliez…

 Julie, la fille du lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato disparaît en 2008. Son enquête le mène à l’Hôtel de la Falaise où il s’endort une nuit dans la chambre 29. Il se réveille le lendemain matin dans la chambre 7 et apprend qu’il est en 2020… 

Une fois encore, Franck Thilliez joue avec les nerfs des lecteurs comme il sait si bien le faire en les embarquant dans une histoire complètement dingue dont il a le secret. 

Si vous n’avez pas lu « Le manuscrit inachevé », rien de grave vous comprendrez parfaitement l’intrigue. Mais l’écrivain vous obligera à vous plonger dedans afin de pouvoir accéder aux toutes dernières pages ! (si toutefois vous ne trichez pas). J’ai trouvé absolument géniale cette imbrication de deux histoires qui rend le tout aussi ingénieux qu’intelligent ! 

Si vous commencez ce livre ne prévoyez rien pendant environ 4h : vous ne pourrez pas le lâcher. 
JOUISSIF !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Fleuve noir) : 

« En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.
Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…
Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020 et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu… »

« L’énigme de la chambre 622 » de Joël Dicker…

Suite à une rupture amoureuse et au décès de son éditeur mentor et ami, un écrivain à succès part se reposer au Palace de Verbier dans les Alpes suisses.  La Direction l’installe dans la chambre 623, qui fait suite aux chambres 621 et 621 bis. Mais pourquoi la chambre 622 n’existe-t-elle pas ?!

Toute l’énigme part de là, sur fond d’enjeux financiers, d’espionnage et en filigrane ce que j’avais beaucoup apprécié à l’époque de « La vérité sur l’affaire Harry Québert » : une réflexion sur l’écriture avec, en prime, une ode à la relation que peuvent entretenir un écrivain et son éditeur.

Difficile de résister à l’histoire  qui nous tient en haleine. Vous dévorerez les 569 pages d’un trait, les fins de chapitre étant d’irrésistibles cliffhangers… ;) 

Quoi que nous puissions penser du succès de l’auteur (mérité ou non tel n’est pas le sujet ici), pour moi Joël Dicker fait le job : personnages principaux et secondaires bien brossés, intrigue aux différentes temporalités qui tient la route, lecteur qui est baladé comme il se doit jusqu’au dénouement final.
Il a le don de savoir efficacement nous captiver et ça, personne ne peut lui retirer. 

Belle lecture à tous ! 

 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Editions de Fallois) : 

« Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais.

Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire.

Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

Avec la précision d’un maître horloger suisse, Joël Dicker nous emmène enfin au cœur de sa ville natale au fil de ce roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousies, dans une Suisse pas si tranquille que ça. »