« Occasions tardives » de Tessa Hadley…

Un groupe d’amis de plus de trente ans se voit confronté au décès d’un des leurs…

Avec ce livre, Tessa Hadley nous plonge avec brio au coeur de relations fluctuantes et parfois ambigües sur l’autel du deuil et nous interroge sur la fragilité d’un équilibre rompu. 

Elle a le chic pour brosser des portraits de personnages auxquels le lecteur s’attache au fil des pages qui sont fort complets et très psychologiques. 
J’ai également beaucoup apprécié la traduction d’Aurélie Tronchet que j’ai trouvée de toute beauté. 

Je n’avais jamais lu Tessa Hadley.
Je suis ravie de l’avoir découverte grâce au challenge Le mois anglais et nul doute que mon intérêt se portera sur d’autres de ses écrits.

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Christian Bourgois) :

« Alexandr et Christine, Lydia et Zachary partagent une amitié très intime depuis leur rencontre alors qu’ils avaient 20 ans. Trente ans plus tard, Alex et Christine reçoivent un appel bouleversé de Lydia : Zach est mort. Ce décès les touche profondément : tous s’accordent pour dire que Zach était le plus sain et le plus gentil d’entre eux, celui qu’ils ne pouvaient se permettre de perdre. Plutôt que de les rapprocher, la perte de Zach déforme leur relation, faisant remonter à la surface les enchevêtrements passés, les griefs tus. Ce qui aurait pu les réunir se transforme alors en colère et amertume.

Occasions tardives explore les entrelacs des relations les plus intimes. Sous la surface des arrangements et compromis de l’existence reposent d’autres configurations, différentes, insondables, qui, bien que semblant appartenir au passé, demeurent la trame essentielle des amitiés et des amours unissant ces quatre protagonistes. Et quand un fil rompt, tout se détricote, la trame réaffirme sa présence. »

« Malamander » de Thomas Taylor…

Bienvenue à Sinistre-sur-Mer ! 

Le nom du patelin est déjà un poème à lui tout seul et le contenu de cette première chronique un régal pour les petits ET les grands lecteurs fondus de monstres et de légendes.

Un hôtel (Le Grand Nautilus), une malamandre, un Trouveur d’Objets Égarés, une jeune fille qui cherche à comprendre ce qui est arrivé à ses parents, une caméraluna, un singe-sirène, un bibliodispensaire où les livres vous choisissent, une algue séchée en guise de marque-page, le capitaine K, un coprolithe, un chat qui parle, la chambre 407, un oeuf magique, une brume qui a le pouvoir de brouiller l’esprit, le Léviathan, des « extravagances exotiques », une page manquante, un talon d’Achille, un magnus opus…

Vous y croiserez des personnages tous aussi truculents les uns que les autres : Herbert Lemon, M.Mollusque, Violette Parme, Lady Kraken, Ambre Griss, Sebastian Lenguille, Madame Fossile, Mouillette, l’homme au crochet, Docteur Thalassi, Jenny Hanniver, Peter Parme, Bronwyn Strand, Winaigre… 

Ou comment Thomas Taylor a le don, en 332 pages, de faire vibrer votre imaginaire en vous replaçant dans la peau d’un enfant… 

JUBILATOIRE !

Petit conseil : ne refermez pas le livre sans avoir lu la biographie de l’auteur à la fin de l’histoire…  ;) 

©Céline Huet-Amchin

Livre lu dans le cadre du mois anglais 2020.

Note de l’éditeur (Seuil jeunesse) : 

« Personne ne visite Sinistre-sur-Mer en hiver lorsque la brume tombe sur l’épave du Léviathan, où certains jurent avoir vu rôder la malamandre, un légendaire monstre marin.
Herbert Lemon est Trouveur d’Objets Égarés à l’hôtel du Grand Nautilus et s’ennuie ferme dans son minuscule bureau. Jusqu’au jour où Violette Parme débarque telle une bourrasque avec une mission très spéciale à lui confier : retrouver ses parents disparus ici-même quand elle n’était qu’un bébé.
Très vite, une piste s’impose : celle de la malamandre, sur laquelle le père de Violette enquêtait. D’après la légende, le monstre s’apprêterait justement à venir pondre son œuf magique sur la plage de Sinistre. Et manifestement, Herbert et Violette ne sont pas les seuls à s’y intéresser… »

«Un livre à dévorer.» The Times

« Le directeur » de Trollope…

Septimus Harding, ecclésiastique fort apprécié de Barchester, se voit accuser de détournement de fonds par l’homme épris de sa fille, le réformateur John Bold…

Premier tome de la série des « Chroniques du Barset » publié en 1854, Trollope nous plonge en pleine époque victorienne.
Si l’histoire n’est pas des plus palpipantes à mon goût la narration, qui prend régulièrement le lecteur à partie, assoit une plume des plus caractéristiques du XIXe siècle anglais empreinte d’ironie et de satire so british, brosse une bien jolie galerie de personnages marqués du sceau de leur temps et propose une réflexion sur l’influence de la presse, sujet resté ô combien d’actualité ! 

A lire accompagné des munitions les plus gourmandes tels des scones, de la clotted cream et d’un Earl Grey. 

A noter les excellents éclairages apportés par les éditions Folio, que ce soit dans la Préface ou dans le dossier complet en fin d’ouvrage (chronologie, note sur le texte, notice sur l’église d’Angleterre, glossaire des lieux et des fonctions dans l’église anglicane). Ne passez pas à côté ! 

©Céline Huet-Amchin

Livre lu dans le cadre du mois anglais 2020.

Note de l’éditeur (Folio) : 

« Septimus Harding, un homme doux et timide, aimé et respecté, et qui paraît incarner à lui seul toutes les qualités humaines et les vertus chrétiennes, se voit accusé d’enrichissement personnel illégal : de sa fonction de directeur d’hospice de charité il aurait fait une confortable sinécure. Quand John Bold, réformateur trop zélé, utilise la presse nationale pour l’attaquer, c’est un coup de tonnerre qui retentit dans le petit monde feutré du clergé attaché à la cathédrale de Barchester (inspirée de celle de Salisbury). Pourtant, la définition nette du bien et du mal, du coupable et de l’innocent, sera rapidement ébranlée dans ce combat qui oppose médias assoiffés de scandale et conscience morale solitaire.
Premier roman de la série des «Chroniques du Barset», Le Directeur contient déjà tout ce qui fera de Trollope l’un des auteurs victoriens les plus populaires : une véritable intuition psychologique des relations de pouvoir, une écriture alerte, et une plume ironique, capable de satire parfois féroce mais aussi de tolérance amusée. »

« Étés anglais » d’Elizabeth Jane Howard…

En 1937 Home Place, résidence secondaire du Sussex non loin de la mer, s’apprête à recevoir les trois fils accompagnés de femmes et enfants ainsi que la fille des Cazalet. Cuisinières, femmes de chambre, bonnes, chauffeurs, jardiniers, garçon d’écurie s’activent pour que tout se déroule comme il se doit, que ce soit à Londres puis à la campagne. Entre relations enfantines, conjugales, familiales et domestiques, intrigues, évolution de la société britannique et condition féminine, l’Histoire avec la menace d’une nouvelle guerre gronde… 
 
Après « Une saison à Hydra », Elizabeth Jane Howard propose de plonger le lecteur dans une saga ! 
 
« Downton Abbey » vous manque ? Les Cazalet (qui a fait l’objet d’une adaptation à succès sous la forme d’une série à la BBC) va vous immerger dans les boires et les déboires d’une famille anglaise sur trois générations. Tout est fait pour que nous nous attachions aux personnages (petits et grands) au point d’attendre le second tome avec beaucoup d’impatience une fois la dernière page tournée. Soyez rassurés vous n’aurez pas longtemps à attendre : ce dernier est annoncé en octobre prochain… 
 
Succombez avec délice à « Etés anglais », confortablement installé avec le plus excellent des Earl Grey : so british!
 
Belle lecture à tous ! 
 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Quai Voltaire) : 

« Juillet 1937. À Home Place, au cœur du Sussex, jardiniers, femmes de chambre et cuisinière sont sur le pont. La Duche orchestre le ballet des domestiques avant l’arrivée de ses trois fils, Hugh, Edward et Rupert Cazalet, en chemin depuis Londres avec épouses, enfants et gouvernantes. Où dormira Clary, adolescente mal dans sa peau en plein conflit avec sa belle-mère? Quelle robe portera Villy, ancienne ballerine désormais mère au foyer? Polly, terrorisée à l’idée qu’une guerre éclate, s’entendra-t-elle avec sa cousine Louise qui rêve de devenir actrice? Rachel, la seule fille de la Duche, trouvera-t-elle un moment pour ouvrir la précieuse lettre de son amie Sid?
Non-dits, chamailleries, profonds chagrins… Aux préoccupations des adultes font écho les inquiétudes des enfants, et à la résilience des femmes, qu’elles soient épouses, fillettes ou domestiques, répond la toute-puissance – ou l’impuissance – des hommes. L’été regorge d’incertitudes mais, sans l’ombre d’un doute, une nouvelle guerre approche : entre pique-niques sur la plage et soirées auprès du gramophone, il faudra inventorier lits de camp et masques à gaz. »

« Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins » d’Alejandro Palomas…

« Quand je serai grand, je veux être… »
Quant à la faveur d’un devoir à l’école Guillermo répond « Mary Poppins » l’institutrice commence à s’affoler ! La sensibilité du jeune garçon se heurte dès lors au monde des adultes. Mais pourquoi donc a-t-il répondu ça ?! L’enfant qui vit seul avec son père est vite envoyé chez la psychologue scolaire…

Les personnages terriblement attachants vous cueillent dès la première page. Si nous devinons très vite ce qu’il s’est passé au sein du cocon familial cela n’enlève en rien la beauté qui se dégage des lignes.

Alejandro Palomas a le don de parler dans ce roman de choses tristes de manière pudique, poétique et d’une justesse folle !

Une couverture à tomber doublée d’une magnifique histoire que vous ne serez pas prêts d’oublier. 

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Cherche Midi) : 

« C’est l’histoire de Guille… C’est l’histoire d’un petit garçon débordant d’imagination qui voue un amour sans bornes à Mary Poppins. L’histoire d’un père un peu bougon, qui vit seul avec ce fils sensible et rêveur dont il a du mal à accepter le caractère. D’une institutrice qui s’inquiète confusément pour l’un de ses élèves qui vit un peu trop dans ses rêves. D’une psychologue scolaire à qui on envoie un petit garçon qui a l’air d’aller beaucoup trop bien. Quel mystère se cache derrière cette apparence si tranquille, et pourtant si fragile ?

Un roman choral aussi tendre que bouleversant, qui emprunte à l’enfance toute sa sincérité désarmante pour dire l’amour, le vide, le rêve et la puissance de l’imaginaire.
Après Une mère et Tout sur mon chien, Alejandro Palomas nous surprend encore avec cette histoire qui peut faire penser à Extrêmement fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer, tant elle est hors norme. »