« Une folie passagère » de Nicolas Robin…

Savoir aussi bien se glisser dans la peau d’une femme relève du génie ! 

Lu d’un trait en vol entre la Thaïlande et l’Inde, ce livre m’a permis d’oublier que j’étais dans un avion, ce qui est un comble étant donné l’histoire que je ne souhaite pas dévoiler (je vous rappelle que je ne fais pas partie des personnes qui spoilent les livres). 

C’est le premier roman de Nicolas Robin que je lis mais je vais combler très rapidement mon retard en la matière.

Sous la plume de l’écrivain je ressens un vrai conteur d’histoire, un baume réjouissant pour le coeur et les failles humaines. 

Ce livre, tragico-comédie romantique, emprunt d’une fausse simplicité m’a extrêmement touchée. 

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Anne Carrière) : 

« Bérengère s’évertue à être une parfaite hôtesse de l’air. Elle a quarante ans, vingt ans de métier, douze mille heures de vols au compteur, une robe turquoise sans faux plis et un impeccable chignon banane. Elle fait du ciel le plus bel endroit de la terre car, ici-bas, on l’abandonne : ni mari ni enfants, quelques amants de passage sans considération pour elle. Alors, elle cache ses blessures sous son uniforme et rien ne semble pouvoir altérer son désir de maîtrise et de perfection. Jusqu’au jour où une série de contretemps vient dérégler cette mécanique bien huilée. Jusqu’au jour où, poussée à bout, elle en vient à commettre l’irréparable.
D’une plume alerte et fantaisiste, Nicolas Robin nous embarque au septième ciel, dans une intrigue haute en couleur. Une comédie douce-amère, hommage à toutes les femmes qui enverraient bien valser les normes sociales pour trouver leur liberté. »

« Ainsi soit Rose » de Nicky Depasse…

Dans un monde rêvé, idéal, nul doute que Nicky Depasse aurait une place de choix : le merveilleux, la poésie, la magie, la Littérature…
Voici une personne qui habite joliment le monde et qui sait le distiller !

Sa plume, ce sont des p’tites paillettes à préserver. Précieusement.

Je n’ai pas été surprise par le contenu qui lui ressemble (je dis cela malgré le fait que je la connaisse uniquement via les réseaux sociaux).

Elle convie pour mon plus grand bonheur des auteurs qui lui sont chers et que nous avons en commun dans nos bibliothèques : Lewis Carroll, Shakespeare, Jane Austen… 

Dans cette nouvelle, genre que j’apprécie particulièrement, l’amitié naissante entre une petite fille et une vieille dame n’aura pas eu le temps de grandir comme je l’aurais souhaité en tant que lectrice. Mais le reste est là, plein de promesses à venir…

J’étais tellement bien dans ses mots et cette atmosphère romanesque à souhait qu’il me tarde de lire un texte plus long de cette femme profondément attachante, journaliste littéraire et cinéma de son état, désormais écrivain.

Note de l’éditeur (Lamiroy) : 

« Abandonnée par sa mère dans une pension religieuse stricte sans aucun réconfort, Rose est une petite fille perdue entre la réalité et l’imaginaire. Mais au cours de deux étés passés chez une vieille dame sévère et distante, Rose va ouvrir les portes de l’inconnu : le monde merveilleux de la littérature. »

© photographie (que j’ai oublié de mentionner) : Céline Huet-Amchin.  

« La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con » de Sarah Sauquet…

Le titre est à lui seul tout un poème : aussi drôle qu’original et surtout suffisamment couillu audacieux pour attirer la lectrice que je suis.

Sarah Sauquet…
Je la découvre à l’envers. Mais le principal est de ne pas passer à côté !
Après son dernier né paru dont je vous avais parlé « Un prénom d’héroïne et de héros » – « Un prénom de héros et d’héroïne » , j’avais emporté ce livre pour contrer ma peur panique en avion lors de notre dernier voyage en Asie du Sud-Est. Et cela a parfaitement fonctionné !

L’écrivain a vraiment le chic pour infiltrer, distiller les Classiques là où on ne les attend pas du tout.

Ce « coaching littéraire pour séduire en 7 étapes » où l’on croise Marcel Proust, Molière, Maupassant, Chaderlos de Laclos, Victor Hugo, Racine, Emily Brontë, Flaubert et bien d’autres nous donne non seulement envie de nous replonger une nouvelle fois dans leurs oeuvres mais encore permet d’aborder un sujet considéré comme léger d’une façon intelligente.
Ne pas avoir compris cela à la lecture c’est être passé complètement à côté du livre selon moi.

Justesse des propos, humour…
Avec Sarah, auteure créative, la Littérature connaît un souffle inédit : les Classiques connaissent une seconde vie sans jamais perdre leur essence. Ils n’ont jamais été aussi modernes et faciles d’accès.

J’en redemande !

Note de l’éditeur (Eyrolles) :

« Rencontrer, séduire et garder l’ame-soeur
Véritable outil d’autocoaching, ce guide positif en 7 étapes vous propose de vous appuyer sur les cas de la littérature pour vous épanouir dans votre vie amoureuse. Vous y découvrirez comment faire les bons choix dans Les Misérables, vous comprendrez l’importance de déclarer sa flamme dans Orgueil et Préjugés, et vous cesserez de vouloir reconquérir votre ex après avoir relu Gatsby le Magnifique !
Plus encore, vous constaterez que les classiques de la littérature n’ont jamais été aussi modernes et que, s’ils l’avaient pu, d’Artagnan, Bel-Ami ou Manon Lescaut n’auraient probablement pas hésité à se connecter avec leur smartphone et à envoyer des textos enflammés… Du site de rencontres au relooking, en passant par les réseaux sociaux et la téléréalité, aucune des questions contemporaines n’est occultée.
Une appli dédiée offerte : 21 textes supplémentaires »

© photographie (que j’ai oublié de mentionner) : Céline Huet-Amchin. 

La Réserve (Paris)

Cela faisait un moment que je voulais m’y rendre…

Etant donné le fond de l’air froid et la pluie jeudi, au revoir notre envie de jardin et bonjour un endroit cosy pour notre Tea Time (initialement prévu) avec mon amie Cécile (alias Sérendipi-Thé).

Nous nous sommes donc données rendez-vous à La Réserve (42 avenue Gabriel dans le VIIIe arrondissement), cet hôtel dont on entend tant parler depuis quatre ans.

Une quarantaine de chambres.
Un bar, deux restaurants (La Pagode de Cos & Le Gabriel), un patio verdoyant, une bibliothèque à tomber et un spa : chaque écrin est d’un goût exquis en terme de décoration.
Un excellent service tout à la fois professionnel et de proximité qui propose aux clients une expérience unique et intimiste des plus agréables.
Une magnifique vitrine de « l’Art de vivre à la française ».
Un endroit comme je les apprécie qui a un supplément d’âme.
Voici mon résumé si on me le demandait en quelques mots…

Concernant notre Tea Time, il s’est transformé au final en chocolat chaud préparé avec des fèves de cacao en provenance du Vietnam. Une gourmandise absolue ! Juste pour information, ils proposent à ce jour une sélection de thés Dammann Frères.
Cela étant dit, il faut également avouer que nous avons succombé aux pâtisseries du Chef Adrien Salavert ! Cécile a pris, je cite, « une tarte tatin aérienne et naturellement parfumée à la pomme à napper de crème vanillée, équilibrée et élégante ». Quant à moi, je n’ai pas su résister à la tarte au citron vert que j’ai trouvée idéalement peu sucrée (ce qui m’a sincèrement régalée : je déteste le sucre pour le sucre dans les desserts) et irrésistiblement délicieuse. J’ai beaucoup apprécié sa forme carrée, peu conventionnelle.

Entre le bar et La Pagode, nous avons finalement opté pour cette dernière mais nous avons su après coup que nous aurions pu nous installer à la bibliothèque (la prochaine fois ! ).

Le lieu me reverra bientôt en compagnie de Mon Brun pour un dîner 2* concocté par le Chef Jérôme Banctel.
Il faut aussi que j’ailler tester le brunch…

Bref, je ne sais pas pourquoi mais j’ai comme un pressentiment : nul doute que cela devienne un QG !

Regard Félin la boutique

Proposée par une comportementaliste félin spécialiste de la relation Homme-Chat (Sophie Bohrt-Montagné), cette boutique en ligne est ma LA préférée de Sacré Jayavarman et Coon Nabuchodonosor.

En tant qu’humaine, l’offre est claire, bien organisée et les tarifs tout à fait raisonnables.
Les jouets sont bien sourcés parce que bien pensés et à chaque commande reçue nos poilus se font une véritable cat party (renouvelée par la suite bien évidemment) à laquelle je participe en fonction desdits jeux.

Pour aiguiser l’intérêt de vos chats, laissez à disposition quelques jouets disséminés dans votre appartement ou maison par roulement (ne pas hésiter à en avoir plusieurs de fait).
Comme pour les friandises, leurs sens seront en alerte et cela répondra à leurs besoins naturels. Par voie de conséquence ils dépenseront comme il se doit leur énergie.
N’hésitez pas non plus à ranger certains jeux puis à les ressortir de temps en temps : ils les considèreront comme de véritables nouveautés ! Cela fonctionne très bien.

Des chats bien stimulés sont des chats bien dans leur tête et leurs pattounes.
Ne jamais sous-estimer cela…

ATTENTION : certains jouets ne se laissent pas sans surveillance !

© photographies (que j’ai oublié de mentionner) : Céline Huet-Amchin.