« Désert solitaire » d’Edward Abbey…

Une lecture comme un carnet de voyage, sans photographie ni dessin mais avec une telle science des détails que vous aurez l’impression de connaître le lieu même si vous n’en avez jamais foulé la terre.

Edward Abbey propose à son lecteur une plongée dans la « wild literature » (littérature sauvage), le « nature writing » comme savent si bien faire les américains.

Ce livre, culte depuis 50 ans, se veut être une élégie « militante ».
L’auteur évoque la nature et les peuples sacrifiés sur l’autel de la bêtise humaine, qui semble incontrôlable malheureusement.
Il nous interroge sur nos comportements.
C’est un véritable plaidoyer, tristement actuel.

Faites comme moi, prenez votre temps pour le lire.
Ce type de littérature se laisse infuser comme il se doit.
Et peut-être qu’elle permettra à celles et ceux non encore sensibilisés au sujet (parce que oui, il y en a encore) de réfléchir un peu plus à certains de leurs actes ou de leur non action…

 

J’ai lu « Désert solitaire » dans le cadre de la lecture commune du mois de septembre du #PicaboRiverBookClub .
Je rends ma copie avec quelques petites heures de retard…

Note de l’éditeur (Gallmeister) :

« Peu de livres ont autant déchaîné les passions que celui que vous tenez entre les mains. Publié pour la première fois en 1968, Désert solitaire est en effet de ces rares livres dont on peut affirmer sans exagérer qu’il “changeait les vies” comme l’écrit Doug Peacock. À la fin des années 1950, Edward Abbey travaille deux saisons comme ranger dans le parc national des Arches, en plein cœur du désert de l’Utah. Lorsqu’il y retourne, une dizaine d’années plus tard, il constate avec effroi que le progrès est aussi passé par là. Cette aventure forme la base d’un récit envoûtant, véritable chant d’amour à la sauvagerie du monde, mais aussi formidable coup de colère du légendaire auteur du Gang de la clef à molette. »

« Les choses excellentes sont aussi difficiles
qu’elles doivent l’être. »

« Les hommes viennent et s’en vont, les villes naissent, prospèrent et meurent… »

« Je trouve que le plaisir que j’ai à contempler le monde naturel est plus grand s’il n’y a pas trop d’autres personnes que le contemplent avec moi, en même temps que moi. »

« L’équilibre : voilà le secret. Extrémisme modoré.
Le meilleur des deux mondes. »

« Lorsque je reviendrai, serat-il le même qu’aujourd’hui ?
Serai-je le même ?
Tout sera-t-il un jour de nouveau à peu près le même ?
Si je reviens. »

La 9e édition du Festival America (20-23 septembre 2018, Vincennes)

Je faisais partie des 40 000 visiteurs recensés cette année.
Le Festival America s’est achevé hier au soir et il était FOR.MI.DA.BLE !
Vincennes ne m’aura jamais autant vue…

Tout d’abord je tiens à remercier le Picabo River Book Club dans lequel je me sens bien parce que ses membres les plus actifs ne se la pètent pas en ayant des egos démesurés et sont merveilleusement bienveillants.
Ce sont des passionnés de la littérature nord américaine. Ils vous font part de leurs lectures (aimées ou pas), ils vous donnent d’excellents conseils, et il est formidablement chapeauté par Léa Mainguet du blog Léa Touch Book qui l’a créé.
J’ai vraiment été ravie de rencontrer et de revoir certains pour l’occasion (ils se reconnaîtront).

Ensuite je tiens à remercier le Service Presse du Festival (et plus particulièrement Shanaz avec qui j’ai échangé et que j’ai rencontrée le jour de la récupération du graal) qui a accepté que je sois accréditée grâce à mon blog.
J’ai donc pu en profiter à mon rythme et comme il se doit sur deux jours (+ vendredi soir dès la fin de mon travail).

Outre les échanges des plus agréables avec les éditeurs qui étaient sur place et leurs équipes (mention spéciale aux Editions Gallmeister et à la revue America -bon d’accord j’avoue, ce sont mes chouchous-) , les dédicaces des auteurs sympathiquement accessibles, les rencontres / petits déjeuners auxquelles j’ai pu assister (merci une fois encore à Léa, Albin Michel et Belfond), les conférences de qualité (la soirée avec les Pulitzer -seule chose qui m’a chiffonnée pour celle-ci : les questions trop portées sur Trump posées par Bruno Corty, journaliste littéraire au Figaro, qui en a quelque peu oublié la Littérature à proprement parler à mon goût-, celles avec John Irving et America animées par François Busnel -sans oublier Julien Bisson, le rédacteur en chef pour la deuxième-), un staff aux petits oignons, une organisation au top, des traducteurs de dingue (l’exceptionnelle Dominique Chevallier, « The voice » Michel Zlotowski et Marie Furthner), les magnifiques expositions photos (mention particulière à celle de Yoan Malka que j’ai vivement appréciée), l’atmosphère bonne enfant malgré la pluie…

J’ai sans doute oublié des personnes et/ou des choses qui ont fait de cet évènement une réussite totale mais tout est dans mon coeur et je suis dans une bulle que je n’ai pas envie de quitter (comme un p’tit air de vacances, pour dire !).

Le prochain Festival est dans deux ans.
Deux longues années à attendre…
Je peux vous dire qu’il me tarde déjà.
Du coup, faites comme moi ce matin et SAVE THE DATE dans vos agendas : rendez-vous en septembre 2020 !

NDLR. Seul hic : j’ai eu du mal à trouver des cafés et/ou brasseries où l’accueil était digne de ce nom (sans parler du miam). Impression très étrange sur ce plan. Après plusieurs tests assez terribles, je vous recommande vivement « La Place » (52 Rue de Montreuil). 

Je n’oublierai pas non plus la mine consternée de nos poilus suite à tous mes allers-retours pendant le week-end…

et je partage avec vous mon précieux butin, évidemment !

« Les jours de silence » de Phillip Lewis…

Il existe des livres dans lesquels vous êtes tellement bien que vous vous forcez à les lire le plus lentement possible afin de prolonger un moment de grâce particulier.
Ce premier roman de Phillip Lewis en fait partie.

Je me suis tellement attachée aux personnages et aux Barrowfields qu’ils me manquaient avant même d’avoir tourné la dernière page.

Une couverture magnifique de Brigitte Slangen, une sublime plume « à l’ancienne » où tout est joliment à sa place, une ambiance palpable, des thèmes bouleversants (les joies, les douleurs, l’abandon, le deuil, l’amour pour une mère, l’amour pour un père, l’âme d’un lieu qui vous hante… en d’autres termes les fantômes du passé d’une famille du Sud des Etats-Unis, sans oublier la Littérature qui tient une place magistrale)…
Voici un merveilleux cocktail qui fait de ces lignes un roman d’apprentissage qui m’a profondément touchée parce que d’une profondeur, d’une poésie, d’une élégance folle !

Pour moi, Phillip Lewis fait déjà partie de ces auteurs américains « classiques » à lire obligatoirement.

A noter la traduction remarquable d’Anne-Laure Tissut qui a su saisir, donner l’ampleur qu’il fallait au charme de cette histoire offerte aux lecteurs.

Je recommande vivement ! (et Sacré Jayavarman aussi )

J’ai lu ce livre dans le cadre du #PicaboRiverBookClub et de rencontres littéraires qui vont avoir lieu lors du Festival America (20 au 23 septembre 2018). 
Un GRAND MERCI renouvelé à Léa qui se reconnaîtra ! 

Note de l’éditeur (Belfond) :

« Sur un contrefort élevé des Appalaches se tient une étrange demeure, curiosité de verre et d’acier, que chacun, dans le petit village d’Old Buckram, prétend maudite. C’est ici que vivent les Aster.
Il y a le père, Henry Senior, intellectuel autodidacte, homme de lettres révolté dans une contrée hostile aux bibliophiles. La mère, Eleonore, femme insoumise et lumineuse, qui partage ses journées entre la contemplation de la nature environnante et l’élevage de pur-sang. La cadette, Threnody, adorable fillette affublée d’un prénom imprononçable tiré d’un poème de son père. Et, au milieu, se tient Henry Junior, petit garçon sensible et attentif, qui passe le plus clair de son temps caché dans la bibliothèque, à regarder, fasciné, la figure paternelle noircir, jour et nuit, les feuillets qui composeront le roman de sa vie.

Des années plus tard, Henry Junior n’a qu’une idée : quitter Old Buckram. Fuir pour devenir un homme ; fuir les montagnes et ce silence intranquille qui le ronge ; et, surtout, fuir pour tenter de comprendre ce qui a poussé son père, un matin, à abandonner les siens, en emportant avec lui son mystérieux manuscrit… « 

« Dans la cage » de Kevin Hardcastle…

C’est une histoire qui peut sembler banale de prime abord, un énième roman noir, une intrigue tragique parmi tant d’autres que peut nous fournir l’Amérique profonde.

L’auteur nous propose une immersion dans le monde de la boxe et de la délinquance doublée de la volonté du personnage principal, Daniel, de préserver sa famille par-dessus tout.
Voici le résumé que je pourrais en faire sans spoiler quoi que ce soit.

J’avoue que la lecture n’a été ni fluide, ni palpitante de bout en bout malgré un bandeau des plus prometteurs « Un roman impeccablement conçu dont les personnages vous briseront le coeur » (John Irving himself!).
J’avoue également avoir eu du mal à m’attacher aux personnages.

Cela étant dit, ce premier roman est un irrésistible noeud coulant au fil des pages qui semblent certes parfois interminables mais qui participent au souhait de l’écrivain de nous offrir une ambiance, des descriptions précises, une double temporalité.

Et donc malgré certaines maladresses et une traduction qui n’est pas des plus léchées à mon humble avis, l’écrivain est néanmoins à suivre je pense.

J’ai lu ce livre dans le cadre du #PicaboRiverBookClub et de rencontres littéraires qui vont avoir lieu lors du Festival America (20 au 23 septembre 2018). 
Un GRAND MERCI renouvelé à Léa qui se reconnaîtra !

Note de l’éditeur (Albin Michel) :

« Ancien champion de boxe et de free fight, Daniel a raccroché les gants après une blessure grave et dire adieu à ses rêves de gloire. Devenu soudeur, il mène aujourd’hui une vie tranquille avec sa femme et sa fille, âgée de douze ans, à Simcoe,  petite ville d’Ontario dont il est originaire. Difficile pourtant, dans une région minée par le chômage, de joindre les deux bouts. Aussi Daniel accepte-t-il de se mettre au service de Clayton, un caïd de seconde zone qu’il a connu dans son enfance, le temps de se renflouer. Mais vite écœuré par la violence de ce milieu, il décide de s’affranchir et de remonter sur le ring. Sans se douter que, telle l’araignée prise dans sa toile, il ne pourra se libérer de l’influence néfaste de son ami… »

« Une douce lueur de malveillance » de Dan Chaon…

Si vous décidez de vous plonger dans cette lecture, oubliez tous les codes que vous connaissez.

Dès la couverture on sent ce p’tit truc qui fait que. Au-delà du fait qu’elle soit bien choisie et fort belle, le titre (qui comporte au passage un superbe oxymore si je ne me trompe pas) nous interpelle forcément et nous indique que l’on a affaire à n’en pas douter à quelque chose de……………………. particulier !

Je le dis depuis le départ et je le redis (comme cela vous êtes vraiment prévenu(e)(s) : ce livre est étrange. Très étrange.
Que ce soit l’histoire, la construction et l’écriture. Les trois forment un tout complètement dingue, parce qu’inhabituel. Mais terriblement intéressant…
Je n’en dirai pas plus : à vous de les découvrir !

Qui a tué et que s’est-il vraiment passé ? Dans quelle réalité sommes-nous ?
Finalement peu importe.
Le principal est ailleurs.

Maltraitance, lutte pour la survie, souvenirs réels ou irréels, trouble dissociatif de l’identité…

Ceux qui aiment avoir des réponses tranchées, passez votre chemin ou essayez d’aborder ces lignes armé d’un esprit très ouvert.
Ceux qui aiment les histoires tordues, les intrigues pas simples (sans parler des personnages), réfléchir, vous avez trouvé votre Maître !

Dan Chaon joue avec ses personnages, les dates et manipule ainsi à merveille le lecteur, le laissant dans la panade comme il se doit.
L’intérêt est assurément suscité.

C’est complexe. Et donc à mes yeux c’est MAGISTRAL.

Belle lecture à tous !

J’ai lu ce livre dans le cadre du #PicaboRiverBookClub et de rencontres littéraires qui vont avoir lieu lors du Festival America (20 au 23 septembre 2018). 
Un GRAND MERCI renouvelé à Léa qui se reconnaîtra !

Note de l’éditeur (Albin Michel) :

« Nous n’arrêtons pas de nous raconter des histoires sur nous-mêmes. Mais nous ne pouvons maîtriser ces histoires. Les événements de notre vie ont une signification parce que nous choisissons de leur en donner une. »

Tel pourrait être le mantra de Dustin Tillman, psychologue dans la banlieue de Cleveland. Ce quadragénaire, marié et père de deux adolescents, mène une vie somme toute banale lorsqu’il apprend que son frère adoptif, Rusty, vient d’être libéré de prison. C’est sur son témoignage que, trente ans plus tôt, celui-ci a été condamné à perpétuité pour le meurtre de leurs parents et de deux proches. Maintenant que des tests ADN innocentent son frère, Dustin s’attend au pire.

Au même moment, l’un de ses patients, un policier en congé longue maladie, lui fait part de son obsession pour une étrange affaire : la disparition de plusieurs étudiants des environs retrouvés noyés, y voyant la marque d’un serial killer. Pour échapper à sa vie personnelle, Dustin se laisse peu à peu entraîner dans une enquête périlleuse, au risque de franchir les limites que lui impose son rôle de thérapeute.

Plongée dans les ténèbres, celles d’un homme submergé par ses propres contradictions et les failles de sa mémoire, Une douce lueur de malveillance est un livre virtuose et vénéneux. Une écriture glaçante, une inventivité littéraire qui bouscule les structures du roman contemporain : rarement un écrivain aura su explorer le mystère de l’identité avec un réalisme aussi obsédant.