« La librairie des rêves ensevelis » de Madeline Martin…

À peine embauchée dans la librairie londonnienne de Mr Evans grâce à sa logeuse Mrs Weatherford (meilleure amie de feu sa mère), Grace Bennett et tous ceux qui l’entourent connaissent les affres de la Seconde Guerre Mondiale… 

Quelques pages tournées suffisent à installer les personnages et l’atmosphère.
Madeline Martin a le don de nous immerger dans une capitale en guerre où les livres ont un grand pouvoir salvateur !
Les descriptions de la vie quotidienne des londoniens en plein conflit sont des plus réalistes (beaucoup d’émotions sont à prévoir à la lecture). Mais malgré l’horreur vécue cette période si particulière est illuminée par une énorme solidarité humaine bienveillante. 

Vous aimez les livres, les librairies, les caractères attachants et les contextes historiques émouvants ? Ce manuscrit abouti et réussi au souffle romanesque très fort est pour vous !

« Inspiré de l’histoire vraie des librairies londoniennes qui sont restées ouvertes pendant le Blitz », il aura pour ma part une place de choix dans mes bibliothèques.

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Charleston) : 

« Hyde Park, le grand magasin Harrods, les bus rouges à impériale… En s’installant à la capitale, Grace Bennett découvre le charme et l’effervescence de Londres. Mais le travail qu’elle décroche dans une petite librairie est bien loin du glamour dont elle rêvait. Les étagères où s’entassent les livres croulent sous la poussière, le propriétaire, Mr Evans, est aussi revêche et austère que l’intérieur exigu de son établissement et dehors, la guerre gronde déjà.

Pourtant, entre les black-out et les évacuations qui rythment son quotidien, c’est au coeur de ces rayonnages pleins à craquer que Grace trouve une ressource insoupçonnée et s’abandonne aux joies de la lecture.

Une nuit de bombardements, alors que la panique règne dans l’abri antiaérien où tout le quartier a trouvé refuge, Grace commence à lire à voix haute. Et chaque soir d’attaque, bravant l’horreur et la peur, elle va puiser dans les plus beaux romans de la littérature anglaise l’espoir de jours meilleurs.

Inspiré de l’histoire vraie des librairies londoniennes qui sont restées ouvertes pendant le Blitz, un roman historique poignant sur le pouvoir unificateur et inspirant des livres et de la littérature.

« UNE HISTOIRE DE SURVIE TRÈS HABILEMENT MENÉE AU COEUR DES HEURES LES PLUS SOMBRES DE L’HISTOIRE. »

Library Journal »

« Le fabuleux carnet des silences » de Clare Pooley…

Un carnet voyageur sur lequel des personnes peuvent parler sans concession de leur vie et de leurs ressentis peut-il changer le cours de l’existence d’autres et à quel point ? 

Voici ce que nous propose Clare Pooley dans ce très joli roman qui brosse toute une série de portraits des plus intéressants. Vous allez beaucoup vous attacher aux différents personnages et je prends le pari qu’ils vont vous manquer une fois le livre refermé. 

Laissez-vous tenter : vous passerez un excellent moment en compagnie de Monica, Julian, Hazard, Riley, Alice, Mary et Lizzie !

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Pocket) : 

« Monica a abandonné sa carrière d’avocate pour réaliser son rêve : ouvrir un café sur Fulham Road. Le jour où un de ses clients oublie son carnet sur une table, elle ne peut s’empêcher de le lire. Les premières pages lui révèlent la confession de Julian Jessop, un artiste excentrique, âgé de soixante-dix-neuf ans qui exprime toute sa tristesse et sa solitude depuis la mort de sa femme.
Touchée par cette idée de révéler des sentiments intimes à des inconnus, Monica décide de continuer le carnet avant de le déposer dans un bar à vin.
Au risque de voir son destin bouleversé de manière inattendue… »

Livre lu dans le cadre du Grand Prix des Lecteurs 2022 dont je fais partie en tant que jurée « Littérature Étrangère ». 

« Les enquêtes d’Enola Holmes 1. La double disparition » de Nancy Springer…

Que se passerait-il si Madame Holmes (mère) disparaissait tout à coup sans crier gare? Et si Sherlock et Mycroft avait une………….. soeur qui refuse de se résigner sur l’éventuel sort de cette dernière et prend l’enquête en mains ?! 

Premier tome d’une série de livres qui a été adapté par Netflix, vous serez conquis par ce p’tit bout d’femme de quatorze ans qui n’a pas froid aux yeux.
Avec elle vous allez vivre une aventure à faire pâlir d’envie Sir Arthur Conan Doyle…

Nul doute que vous passerez un bon moment terriblement efficace en vous plongeant dans cette toute première enquête ! Et je prends les paris : vous serez assurément tenté (tout comme moi) de poursuivre votre lecture avec les autres opus. C’est charmant et totalement IRRÉSISTIBLE.

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Nathan) : 

« Ceux qui disent que Sherlock Holmes est le meilleur détective du monde ignorent encore l’existence de sa soeur : Enola Holmes !

1888. Le jour où Enola Holmes découvre que sa mère a disparu, elle pressent qu’elle seule pourra la retrouver. Elle qui a grandi libre, est alors soumise par ses frères à l’apprentissage des bonnes manières d’une lady, puis expédiée droit vers un pensionnat de jeunes filles. Mais la chère enfant a du cran et de la ressource et elle échappe à son détective de frère, plogeant dans les basfonds de la capitale… »

 

« Bal tragique à Windsor » de S.J. Bennett

La Reine reçoit au Château de Windsor. À la suite d’une soirée, le corps d’un pianiste russe est retrouvé dans une des chambres. Pendu dans un placard. OH MY DEAR! Et il y  a pire : il est (pratiquement) nu.  SHOCKING! (à en faire tomber sa cup of tea) Ni une ni deux The Queen herself, à l’aube de ses 90 printemps, décide de prendre en main l’enquête à sa façon… 

L’histoire de ce livre truffé d’humour so british est tellement efficace que le lecteur s’en délecte de manière complètement décomplexée.
Cerise sur le muffin : on a même l’impression au fil de sa lecture de rentrer dans l’intimité de cette famille royale qui nous fascine tant. 

C’est le premier tome d’une série cosy mystery intitulée « Sa majesté mène l’enquête ».
Il est totalement irrésistible.
Vivement le second tome ! 

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Les Presses de la Cité) : 

« Retrouvez Elizabeth II dans une nouvelle série de cosy crimes : «Sa Majesté mène l’enquête»
Quand Miss Marple rencontre The Crown !
 
Windsor, printemps 2016. La reine Elizabeth II s’apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d’une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu.Shocking!
Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son personnel d’être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu’ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C’est donc Rozie, sa secrétaire particulière adjointe, qui va l’aider à démêler ce sac de noeuds… God save the Queen du cosy crime ! »

« Les dames de Marlow enquêtent : Mort compte triple » de Robert Thorogood…

Un soir, Judith Potts, 77 ans, créatrice de mots croisés qui prend un plaisir certain à se baigner toute nue dans la Tamise, entend un cri puis un coup de feu provenant de l’autre côté du fleuve. Pour elle ni une ni deux cela ne fait aucun doute : il y a eu un meurtre ! La police étant dubitative, elle s’empare de l’enquête… 

Le livre paraît aujourd’hui ! 
C’est un cosy mystery (genre que j’affectionne particulièrement) non seulement irrésistible mais aussi terriblement efficace. Vous allez avoir du mal à y résister… 
Cerise sur le gâteau : en cette période de déconfinement entamé, je prends les paris qu’il vous donnera envie de découvrir cette charmante petite bourgade so bristish de Marlow.

Alors si comme moi vous aimez l’ambiance anglaise, les personnages hauts en couleur, les enquêtes sans trop d’horreurs décrites, les lectures faciles qui font du bien entre des ouvrages plus sérieux, le thé mais aussi parfois des breuvages un peu plus forts, ce livre est pour vous. 

VIVEMENT les prochains tomes…

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (La Martinière) : 

« La nouvelle série « cosy mystery » pour prendre la relève des Enquêtes d’Agatha Raisin de M.C. Beaton ! Une veille dame atypique et irrévérencieuse, Miss Potts, 77 ans, qui manie mots croisés et verres à whisky, assiste éberluée à un meurtre. Personne ne croit son témoignage ? Elle décide de mener l’enquête en compagnie de deux enquêtrices délurées. Une héroïne délicieusement excentrique, entre Miss Marple et Capitaine Marleau, qui a passé l’âge qu’on lui marche sur les pieds ! Drôle et savoureux.

C’est drôle, c’est exquis, c’est anglais !
Quand Miss Marple rencontre le Capitaine Marleau : la série phénomène dont vous ne pourrez plus vous passer.

Dans la petite ville de Marlow, en Angleterre, Judith Potts, 77 ans, mène la vie qui lui plaît. Elle boit un peu trop de whisky et se baigne toute nue dans la Tamise, et alors ? Au pays des excentriques, elle est la reine !
Un soir, elle entend, provenant de la maison de son voisin, un cri suivi d’un coup de feu. Elle en est sûre : un meurtre a été commis. Mais la police ne la croit pas. Pas d’énigme sans solution pour Judith Potts ! La vieille anglaise passionnée de mots-croisés va se lancer dans l’enquête avec, à ses côtés, Becks, la femme du vicaire, et Suzie, la promeneuse de chien et commère attitrée de Marlow.
Vous reprendrez bien un nuage de crime avec votre thé ?

Robert Thorogood est le créateur et scénariste de la série TV à succès Meurtres au paradis, suivie par 5 millions de téléspectateurs en France. Avec cette première enquête des Dames de Marlow, il donne vie à une héroïne qui déchire tout : Judith Potts ! »