« Les dames de Marlow enquêtent : Mort compte triple » de Robert Thorogood…

Un soir, Judith Potts, 77 ans, créatrice de mots croisés qui prend un plaisir certain à se baigner toute nue dans la Tamise, entend un cri puis un coup de feu provenant de l’autre côté du fleuve. Pour elle ni une ni deux cela ne fait aucun doute : il y a eu un meurtre ! La police étant dubitative, elle s’empare de l’enquête… 

Le livre paraît aujourd’hui ! 
C’est un cosy mystery (genre que j’affectionne particulièrement) non seulement irrésistible mais aussi terriblement efficace. Vous allez avoir du mal à y résister… 
Cerise sur le gâteau : en cette période de déconfinement entamé, je prends les paris qu’il vous donnera envie de découvrir cette charmante petite bourgade so bristish de Marlow.

Alors si comme moi vous aimez l’ambiance anglaise, les personnages hauts en couleur, les enquêtes sans trop d’horreurs décrites, les lectures faciles qui font du bien entre des ouvrages plus sérieux, le thé mais aussi parfois des breuvages un peu plus forts, ce livre est pour vous. 

VIVEMENT les prochains tomes…

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (La Martinière) : 

« La nouvelle série « cosy mystery » pour prendre la relève des Enquêtes d’Agatha Raisin de M.C. Beaton ! Une veille dame atypique et irrévérencieuse, Miss Potts, 77 ans, qui manie mots croisés et verres à whisky, assiste éberluée à un meurtre. Personne ne croit son témoignage ? Elle décide de mener l’enquête en compagnie de deux enquêtrices délurées. Une héroïne délicieusement excentrique, entre Miss Marple et Capitaine Marleau, qui a passé l’âge qu’on lui marche sur les pieds ! Drôle et savoureux.

C’est drôle, c’est exquis, c’est anglais !
Quand Miss Marple rencontre le Capitaine Marleau : la série phénomène dont vous ne pourrez plus vous passer.

Dans la petite ville de Marlow, en Angleterre, Judith Potts, 77 ans, mène la vie qui lui plaît. Elle boit un peu trop de whisky et se baigne toute nue dans la Tamise, et alors ? Au pays des excentriques, elle est la reine !
Un soir, elle entend, provenant de la maison de son voisin, un cri suivi d’un coup de feu. Elle en est sûre : un meurtre a été commis. Mais la police ne la croit pas. Pas d’énigme sans solution pour Judith Potts ! La vieille anglaise passionnée de mots-croisés va se lancer dans l’enquête avec, à ses côtés, Becks, la femme du vicaire, et Suzie, la promeneuse de chien et commère attitrée de Marlow.
Vous reprendrez bien un nuage de crime avec votre thé ?

Robert Thorogood est le créateur et scénariste de la série TV à succès Meurtres au paradis, suivie par 5 millions de téléspectateurs en France. Avec cette première enquête des Dames de Marlow, il donne vie à une héroïne qui déchire tout : Judith Potts ! »

« Komodo » de David Vann…

Tracy quitte momentanément  ses enfants et son mari et part sur l’île de Komodo en Indonésie rejoindre son frère Roy avec sa mère. Au fil des plongées, les tensions familiales et personnelles vont (re)faire surface jusqu’à un certain point de non retour… 

L’immersion made in David Vann est palpable dès les premières lignes qui donnent envie d’avaler le livre d’une traite afin de connaître le pourquoi du comment (n’insistez pas, je ne dévoilerai rien). 
Si dans 99% des pages nous retrouvons bien l’atmosphère propre à l’auteur, le dénouement final pourra surprendre les lecteurs initiés !

Un roman prenant et inquiétant de bout en bout. 

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Un GRAND MERCI à Léa pour cette lecture dans le cadre du Picabo River Book Club et aux éditions Gallmeister

Note de l’éditeur (Gallmeister) : 

« Sur l’invitation de son frère aîné Roy, Tracy quitte la Californie et rejoint l’île de Komodo, en Indonésie. Pour elle, délaissée par son mari et épuisée par leurs jeunes jumeaux, ce voyage exotique laisse espérer des vacances paradisiaques : une semaine de plongée en compagnie de requins et de raies manta. C’est aussi l’occasion de renouer avec Roy, qui mène une vie chaotique depuis son divorce et s’est éloigné de sa famille. Mais, très vite, la tension monte et Tracy perd pied, submergée par une vague de souvenirs, de rancoeurs et de reproches. Dès lors, un duel s’engage entre eux, et chaque nouvelle immersion dans un monde sous-marin fascinant entraîne une descente de plus en plus violente à l’intérieur d’elle-même, jusqu’à atteindre un point de non-retour. 
Avec ce portrait trouble d’une femme en apnée, David Vann confirme son immense talent pour sonder les abysses de l’âme humaine. »

« La chronique des Bridgerton » de Julia Quinn…

Une mondaine, la mystérieuse Lady Whistledown, chronique en détails (plus que croustillants), pour le meilleur et pour le pire (bien évidemment),  la vie des membres de la dynastie des Bridgerton, famille très en vue dans la haute société londonienne du XIXe siècle. 

Dans ces deux tomes (le premier a été adapté en mini-série sur Netflix fin décembre dernier), ce sont Daphné (qui fait son entrée dans le monde) puis son frère Anthony (l’héritier du titre) qui font l’objet de toutes les attentions. 

Amoureux de l’atmosphère anglaise, orphelins de Downton Abbey, cette saga est assurément pour vous ! 
Le côté Gossip Girl totalement assumé est, qui plus est, absolument irrésistible ! 

Oui c’est de la romance, mais fort bien orchestrée il faut avouer. 
Inutile donc de vouloir y résister et faites-vous plaisir : vous allez adorer cette chronique complètement addictive.
Pour information, les tomes 3 & 4 vont paraître tout bientôt… 

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (J’ai Lu) : 

« Très chers lecteurs, quelle saison !
Au rythme des bals et des réceptions, je vous ai narré le feuilleton haletant de la folle romance entre Mlle Daphné Bridgerton et Simon, le ténébreux duc de Hastings. Valses langoureuses, rebondissements cocasses et bagarres mémorables nous auront tenus en haleine jusqu’à l’épilogue d’un romantisme échevelé.
Aurons-nous le temps de reprendre notre souffle ? Il est à craindre que non, car il se chuchote déjà dans Londres qu’Anthony, le frère de Daphné, serait décidé à convoler lui aussi. Hélas, l’élue a une sœur odieuse qui s’oppose catégoriquement à cette union en raison du passé libertin du vicomte.
Cela nous promet bien des péripéties.
Et comme il reste six Bridgerton à marier, votre dévouée chroniqueuse a de beaux jours devant elle. Ne perdez pas le fil, chers lecteurs, la saga ne fait que commencer !
Rubrique mondaine de lady Whistledown, Londres, 1813″

 

« La vie ô combien ordinaire d’Hannah Green » de Michael Marshall Smith…

Suite à la séparation de ses parents une petite fille est envoyée chez son grand-père. Elle n’aurait jamais pensé autant apprendre sur qui est ce dernier ni dans quelles aventures elle allait être embarquée… 

C’est la couverture (magnifique) et le titre qui m’ont tout d’abord intriguée. Et puis une fois plongée dans les premières pages j’ai trouvé les personnages attachants et les situations drôles complètement dingues. 
Vous croiserez Le Diable, un champignon qui parle, une machine des plus secrètes et beaucoup d’autres choses assez ubuesques.

En un mot c’est TRUCCULENT à souhait !
Anglais forcément… 

Un livre de la rentrée littéraire qui a enfin su me cueillir ! (comme quoi il ne faut jamais désespérer)
Alors comme moi, laissez-vous tenter par cet auteur imaginatif et cette histoire multigénérationnelle passée assez inaperçue pour l’instant malheureusement.

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Bragelonne) : 

« La jeune Hannah Green est persuadée que son existence est plus banale que la moyenne, mais elle ne va pas tarder à découvrir que les ombres de sa vie cachent depuis toujours un monde où rien n’est ce qu’il paraît ; qu’il existe une machine secrète qui convertit les mauvais tours en énergie diabolique ; qu’il y a des champignons qui parlent ; que son grand-père est copain avec le diable depuis plus de cent cinquante ans, et qu’ils ont besoin de son aide.

Un million d’histoires courent le monde. La plupart sont parfaitement ordinaires… mais pas celle-ci.
Poignant et imprévisible, un conte digne de captiver les lecteurs de tout âge, par l’auteur multi-récompensé de Nous sommes là et Les Hommes de paille. »

« L’Ickabog » de J.K.Rowling…

Bienvenue dans le royaume merveilleux de Cornucopia où tout le monde est heureux !
Sous le règne de Fred Sans Effroi et dans la capitale Chouxville en particulier, il fait bon vivre et les pâtisseries de Mes Beamish, Chef Pâtissière, sont à se damner.
Seule une ombre plane sur ce tableau idyllique : une légende venue tout droit du Nord du pays parle d’une créature monstrueuse qui habiterait les Marécages et qui mangerait les enfants……….. et les moutons !
Mythe, ou réalité ?
Une expédition royale s’organise suite au décès apparemment mystérieux de Mrs Doisel… 

Nul besoin de présenter ici J.K. Rowling qui nous a tellement régalés avec la saga que tout le monde connaît. 
Elle a dépoussiéré cette histoire inventée il y a dix ans pendant l’écriture des tomes d’Harry Potter et racontée à ses enfants qui attendait sagement son heure de gloire au grenier.
Très sensible au premier confinement contre la Covid 19 qui a empêché des millions d’enfants de se voir et d’aller à l’école, elle a décidé de mettre l’histoire  gratuitement en ligne et de proposer un concours d’illustrations (que vous retrouverez dans le livre). 

Au-delà de cette adorable attention qui me fait encore plus apprécier l’auteur, vous allez adorer vous immerger dans ce conte (qui n’a rien à voir avec vos sorciers adorés) à double lecture et qui vous tient en haleine du début jusqu’à la fin, que vous soyez un enfant ou un adulte. 

Je n’en dis pas plus et croyez-moi, vous me remercierez de ne rien avoir dévoilé qui aurait pu tout gâcher… 

Belle lecture à tous ! 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Gallimard Jeunesse) : 

« Haut comme deux chevaux. Des boules de feu étincelantes à la place des yeux. De longues griffes acérées telles des lames. L’Ickabog arrive…

La Cornucopia était un petit royaume heureux. On n’y manquait de rien, le roi portait la plus élégante des moustaches, et le pays était célèbre pour ses mets délicieux: Délice-des-Ducs ou Nacelles-de-Fées, nul ne pouvait goûter ses gâteaux divins sans pleurer de joie!
Mais dans tout le royaume, un monstre rôde: selon la légende, l’Ickabog habitait les Marécages brumeux et froids du nord du pays. On disait de cette créature qu’elle avait de formidables pouvoirs et sortait la nuit pour dévorer les moutons comme les enfants. Des histoires pour les petits et les naïfs? Parfois, les mythes prennent vie de façon étonnante…
Alors, si vous êtes courageux et voulez connaître la vérité, ouvrez ce livre, suivez deux jeunes héros déterminés et perspicaces dans une folle aventure qui changera pour toujours le sort de la Cornucopia. »