« L’Atelier d’Alberto Giacometti vu par Jean Genet » (Institut Giacometti, Paris)

Un artiste.
Un écrivain.
Deux hommes libres.
Une belle amitié.
Une profonde admiration.

Ils se sont rencontrés grâce à Jean-Paul Sartre en 1954.

Des dessins, sculptures, peintures, photographies et des mots merveilleux en naîtront.

L’exposition nous permet de rentrer dans cette intimité, leur intimité.

Le lieu (hôtel particulier classé Art Déco qui fût l’atelier de l’artiste-décorateur Paul Follot) est un magnifique écrin lumineux à taille humaine qui permet une telle proximité avec les oeuvres que l’on pourrait croire que les deux génies sont là, à nous attendre, pour mieux nous expliquer…
L’ambiance qui est aussi artistique que littéraire est pour les amoureux inconditionnels des deux genres…

Belle visite à tous !

NDLR. Cette exposition est visible jusqu’au 16 septembre prochain. Attention : les billets sont à prendre en ligne ! (pas d’achat possible sur place)

Une fois passée l’entrée sur la droite, « L’Atelier mythique » est une reconstitution de la « grotte » de Giacometti qui a vécu et travaillé dans le XIVe arrondissement.

Institut Giacometti
5 rue Victor Schoelcher
75014 Paris 

Festival de Sculpture (Mourède, Gers, 2018)

Décidément je me rends compte que je vais à ce Festival tous les deux ans, et ce sans que cela soit voulu.

La plupart des créations sont toujours originales (d’autres un peu plus inspirées), mais comme déjà mentionné dans ma précédente brève de 2016 toujours aussi trop chères à mon goût malheureusement.
Je ne sais pas comment tout un chacun peut essayer de soutenir les différents artistes du coup…

Une parenthèse culturelle gersoise des plus agréables.
Si vous êtes dans le coin, vous avez jusqu’à demain pour en profiter !

« Elle était une fois » (Hôpital Sainte Anne, Paris)

Cette exposition dans l’enceinte de l’Hôpital Sainte Anne me tenait particulièrement à cœur.

Traverser les différentes périodes et tenter de comprendre ce temps suspendu par le biais d’oeuvres des propres mains des personnes qui ont habité les lieux (souvent de manière forcée et parfois pour n’importe quoi) m’a littéralement fascinée.
Selon moi, on touche à l’essence même de l’Art là…

Le résultat est franchement sacrément à la hauteur : les dessins et peintures sont d’une beauté subtile et sublime, bien qu’il soit difficile à travers eux de reconnaître les soit-disant pathologies des patients-artistes en question.

Mais était-ce vraiment le but ?
On a (ou pas) un don, du talent. Peu importe le reste finalement… 

Cette exposition m’a profondément émue. J’y ai vécu de belles émotions.
Je vous la recommande vivement ! (derniers jours pour profiter de l’Acte I. Le IIe arrive dans la foulée…)

Les photographies sont interdites.
Je me suis offert le livre (forcément) et des cartes postales que vous partage ici.

« Christian Dior, couturier du rêve » (Les Arts Décoratifs, Paris)

« Au fond de chaque coeur sommeille un rêve« 

S’il y a une et une seule exposition à admirer à Paris en ce mois d’août (et jusqu’au 7 janvier 2018) c’est, à n’en pas douter, celle-ci !

Complète, parfaitement scénographiée, je manque de qualificatif pour en dire tout le bien que j’en pense 24h après et ce même si nous avons, avec mon amie Carole, eu très très chaud (problème de climatisation ce jour-là ?) et dû jouer beaucoup des coudes pour en profiter pleinement (allez-y plutôt le matin à la première heure pour éviter le monde qu’elle draîne).

SUBLIME est sans aucun doute le mot le plus adéquate pour la décrire.

Christian Dior n’est plus de ce monde. Mais il y a bel et bien du rêve dans l’air du Musée des Arts Décoratifs, assurément…

« Respecter la tradition et oser l’insolence
car l’un ne saurait aller sans l’autre »