Week-end avant la Corse…

Après une fin d’après-midi et une soirée passées à Dreux chez des amis samedi,

Mon Brun m’a emmenée aujourd’hui à La Ménagerie, le Zoo du Jardin des Plantes.

Ne vous offusquez pas.
Les parcs animaliers ont beaucoup changé ces dernières années et contribuent désormais grandement aux sauvegardes d’espèces en danger ou en voie de disparition.
A la base je ne suis pas fan du tout, mais j’ai appris à changer d’avis grâce à l’émission « Une saison au zoo » (de la Flèche). C’est pour cela que j’en parle avec beaucoup moins de véhémence négative qu’avant.

Le lieu est vraiment bien entretenu et particulièrement beau bien qu’ancien (il date de 1794). Les bâtiments sont classés aux monuments historiques.
Tout est fait pour que les animaux se sentent bien et soient bien traités.
Mention spéciale aux p’tits pandas roux et aux Orang-Outans…

Nous sommes ensuite allés luncher au Bar 8 du Mandarin Oriental et sommes rentrés préparer nos affaires pour la Corse.

Bref un premier week-end de vacances bien chouette !

Prochaine brève en direct de l’Ile de Beauté…

 

Le Gers, ce doux parfum de mon enfance…

C’était la semaine dernière…

P’tit coin de paradis (en France) depuis ma plus tendre enfance, je l’ai toujours connu.
Selon les âges, les années et les disponibilités, avec plus ou moins d’assiduité.

Le Gers ce sont les vignes, les jolies balades, les lézards sur les murs, les chauve-souris derrière les volets, le marché de Vic-Fezensac, le foie gras (pas bien oui je sais mais j’avoue avoir du mal à m’en passer), les merveilles, les tuiles aux amandes, la croustade, le fromageon, le BBQ de mon Papou, les bons plats de ma Maman, l’Armagnac, les réveils donnant sur la campagne, le silence, le lieu préféré de nos poilus pour leurs vacances et j’en passe…
Sans oublier la librairie Martin-Delbert, L’Amandine ou Le Patio (lorsqu’il est ouvert) et la gare à Agen (étant donné que je ne conduis pas) même si dans ce cas nous sommes dans le Lot-et-Garonne.

Je ne sais pas encore combien de temps cela va durer, mais c’est toujours un bonheur d’y aller !

Le Perche, une fois encore et pour toujours…

Le Perche sera toujours une bien jolie destination !

Cela fleure bon l’amitié, le temps qui se laisse infuser au grès des envies, le bon vin (de Bourgogne mais pas que ), le marché de Nogent le Rotrou, les produits authentiques, les p’tites bouffes à pas d’heure, les couleurs, le thé, la lecture, les chats parfois sauvages et j’en passe…
En d’autres mots un certain Art de vivre bucolique et champêtre tout simplement, que j’apprécie nous apprécions beaucoup.

Bref c’était ce week-end, et une nouvelle fois une merveilleuse parenthèse…

MERCI encore à S&I qui se reconnaîtront (ainsi qu’à J qui s’est occupée de nos poilus adorés restés parisiens) et à bientôt !

Mes autres brèves sur Le Perche

« Du Trou à l’Homme au Tilleul & retour perché » (Etretat)…

Voici l’intitulé que j’avais dans mon ical de la part de Mon Brun.

Je suis normande et pourtant je n’avais jamais fait cette balade vraiment physique mais magique parce que totalement dingue !

Plus de 3h30 de marche dans les galets, les falaises, les valleuses et la brume (bénis des Dieux nous avons été).
C’est une beauté mystérieuse qui se mérite !

Par le bas : la Plage du Perrey, la Porte d’Aval (sur les traces d’Arsène Lupin avec l’Aiguille creuse…), le Trou à l’Homme, la Valleuse de Jambourg, la Manneporte, la Valleuse de Valaine, la Pointe de la Courtine (qui m’a fait penser à la tête d’une baleine) puis la Plage du Tilleul.

Par le haut : retour à Etretat par la cîme des falaises.

J’ai bien cru à un moment donné qu’il faudrait que nous rebroussions chemin (rien n’est fait pour que l’on passe facilement), mais la volonté d’y arriver nous habitant, nous avons relevé avec brio le challenge et nous nous sommes surpassés !

Aller au-delà de nos limites, fierté d’avoir réussi et d’être rentrés vivants.
Emotions intenses garanties.

Je recommande vivement si vous êtes (suffisamment) en forme !

Une journée incroyable.
J’en ai pris plein les yeux !

Programme pour la prochaine fois : la visite de la maison de Maurice Leblanc, Le Clos Arsène Lupin !