« La malédiction de Highmoor » d’Erin A.Craig…

Bienvenue à Highmoor, superbe manoir sur lequel soufflent les embruns. Les filles du Duc Thaumas semblent confrontées à un funeste sort : elles meurent les unes après les autres… Est-ce vraiment dû à la malédiction comme semble le marteler la rumeur ou autre chose ? Qui est derrière tous ces meurtres ?

Au-delà de cette histoire qui joue avec nos nerfs, Erin A.Craig campe une atmosphère incroyable.
Entre rêve et réalité le lecteur est plongé dans une histoire terriblement addictive et a hâte de comprendre le pourquoi du comment.
Les suppositions vont bon train tout au long des pages tournées.

Roman jeunesse ? Thriller ? Roman fantastique ? « La malédiction de Highmoor » est un peu aux confins de tout cela.
Si vous aimez l’air iodé, les lieux et les personnages énigmatiques,  laissez-vous envoûter ! 

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Casterman) : 

« Au manoir de Highmoor, isolé au milieu d’un vaste océan, le duc Thaumas a déjà perdu quatre de ses filles dans de dramatiques circonstances : noyade, chute, maladie…
L’une d’elles, Annaleigh, refuse de croire à la folle rumeur selon laquelle elles seraient toutes maudites. En enquêtant sur le tragique accident de sa sœur Eulalie, Annaleigh découvre un passage caché dans la falaise. Une porte mystérieuse ouvre sur un royaume qui fait oublier tous leurs soucis aux jeunes duchesses. Noyées dans la joie et les fêtes, elles dansent jusqu’à l’aube, comme envoutées.
Seule Annaleigh réussit à s’arracher à ces bals hypnotiques, déterminée à comprendre la puissante malédiction de Highmoor, au risque comme ses sœurs d’y perdre la vie…

Librement inspiré du conte des frères Grimm Le Bal des douze princesses, ce roman de fantasy aux accents horrifiques rappelle les films de Guillermo del Toro et l’atmosphère vénéneuse de Rebecca de Daphné du Maurier. »

« La carte postale » d’Anne Berest…

Tout part d’une carte postale anonyme reçue glissée au beau milieu des traditionnels voeux en janvier 2003. Elle n’est pas récente. Au recto, l’Opéra Garnier. Au verso, quatre prénoms : Ephraïm, Emma, Noémie et Jacques. Quatre prénoms connus, gravés à jamais dans l’histoire familiale et dont les échos reviennent de terribles profondeurs. Ils vont chambouler le présent. La mère d’Anne, la narratrice, lui raconte une histoire : la sienne, la leur… 

Anne Berest nous plonge une nouvelle fois avec toute la justesse qui la caractérise au coeur de ses liens de parenté par le biais d’une enquête incroyable qui aboutit à ce livre. L’immersion dans la seconde guerre mondiale permet des années plus tard de continuer de s’interroger sur la judéité et l’antisémitisme. 

L’Histoire dans une histoire. Nous retrouvons ici des thèmes certes maintes fois abordés en littérature mais qui sont toujours aussi nécessaires parce que trop souvent (tristement) d’actualité.
Passionnant.

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Grasset) : 

« C’était en janvier 2003.
Dans notre boîte aux lettres, au milieu des traditionnelles cartes de voeux, se trouvait une carte postale étrange.
Elle n’était pas signée, l’auteur avait voulu rester anonyme.
L’Opéra Garnier d’un côté, et de l’autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942.
Vingt ans plus tard, j’ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale. J’ai mené l’enquête, avec l’aide de ma mère. En explorant toutes les hypothèses qui s’ouvraient à moi. Avec l’aide d’un détective privé, d’un criminologue, j’ai interrogé les habitants du village où ma famille a été arrêtée, j’ai remué ciel et terre. Et j’y suis arrivée.
Cette enquête m’a menée cent ans en arrière. J’ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.
J’ai essayé de comprendre comment ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages. J’ai dû m’imprégner de l’histoire de mes ancêtres, comme je l’avais fait avec ma sœur Claire pour mon livre précédent, Gabriële.
Ce livre est à la fois une enquête, le roman de mes ancêtres, et une quête initiatique sur la signification du mot « Juif » dans une vie laïque. »

« Mon mari » de Maud Ventura…

Une femme parle de son mari, de son amour (complètement fou) pour lui, de son amour d’aimer et ce chaque jour de la semaine.
Elle a bien évidemment tout pour être heureuse (enfin, aux yeux de certains): deux enfants, une magnifique maison, une destinée sociale assurée.
Mais… 

Ce livre est mon tout premier coup de coeur de la rentrée littéraire, et quel coup d’coeur ! 

L’écrivain, dont j’ai adoré l’audace et le grain de folie, aurait pu être belge ou anglaise… Et bien non : elle est française ! (comme quoi certains savent faire)
Un humour truculent à souhait, des questionnements irrésistibles, un épilogue tout simplement génial… Il n’y a absolument rien à jeter.

Un premier roman original des plus réussis. Ne passez pas à côté et laissez-vous vite tenter ! 

Belle lecture à tous !

“Les souvenirs amoureux ne tombent pas du ciel.
Il faut bien que l’un de nous deux se dévoue pour les fabriquer.”

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (L’Iconoclaste) : 

« C’est une femme toujours amoureuse de son mari après quinze ans de vie commune. Ils forment un parfait couple de quadragénaires : deux enfants, une grande maison, la réussite sociale. Mais sous cet apparent bonheur conjugal, elle nourrit une passion exclusive à son égard. Cette beauté froide est le feu sous la glace. Lui semble se satisfaire d’une relation apaisée : ses baisers sont rapides, et le corps nu de sa femme ne l’émeut plus. Pour se prouver que son mari ne l’aime plus – ou pas assez – cette épouse se met à épier chacun de ses gestes comme autant de signes de désamour. Du lundi au dimanche, elle note méthodiquement ses « fautes », les peines à lui infliger, les pièges à lui tendre, elle le trompe pour le tester. Face aux autres femmes qui lui semblent toujours plus belles, il lui faut être la plus soignée, la plus parfaite, la plus désirable.
On rit, on s’effraie, on se projette et l’on ne sait sur quoi va déboucher ce face-à-face conjugal tant la tension monte à chaque page. Un premier roman extrêmement original et dérangeant. »

« La seconde vie de Jane Austen » de Mary Dollinger…

Et si Jane Austen avait vécu à notre époque, que diable ce serait-il passé ?! 

Avec un humour incroyable et sans se départir de certains éléments biographiques et bibliographiques réels de la célèbre romancière anglaise, Mary Dollinger  fait revivre la femme et l’écrivain pour le plus grand plaisir de tous ses fans (dont je fais partie).

C’est tout simplement G.É.N.I.A.L !

Et je prends les paris que vous aurez envie de lire ou de relire toutes les oeuvres mentionnées.

Une lecture des plus réjouissantes qui ne saurait attendre… 

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (Le Nouvel Attila) : 

« Imaginez que Jane Austen vit et écrit aujourd’hui dans un village de la Drôme. Son installation bouleverse la vie de la communauté, d’autant que chouchou des médias, elle intègre très rapidement la liste des best sellers !

Fable irrésistible sur les coulisses de la presse et de l’édition, ce récit assume son anachronisme, tout en soulevant quelques problématiques : comment serait reçue l’œuvre d’Austen si elle avait été écrite aujourd’hui ? Son message féministe est-il toujours d’actualité ? »

« La maison au milieu de la mer céruléenne » de T.J Klune…

Linus Baker est un agent du Ministère de la Jeunesse Magique. Son travail est de s’assurer que les enfants dans les orphelinats jouissent d’un certain bien-être. Un jour, il est convoqué par les Cadres Extrêmement Supérieurs qui lui confient une mission secrète : se rendre sur l’Ile de Marsyas dans une maison où résident six enfants dangereux encadrés par Arthur Parnassus et rédiger un rapport sur le lieu et ses occupants… 

Au-delà d’une histoire fort réussie qui nous immerge dans un ailleurs énigmatique et envoûtant, l’écrivain s’empare avec brio d’un sujet peu traité en littérature jeunesse et qui est plus que nécessaire étant donné l’évolution de notre société.
Je ne peux pas vous dire quoi car ce serait tout dévoiler ou presque… 

Amoureux des personnages extraordinaires et des lieux enchanteurs, ce livre est pour vous.

Belle lecture à tous !

©Céline Huet-Amchin

Note de l’éditeur (De Saxus) : 

« Une île magique. Une mission dangereuse. Un secret brûlant.

Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement.

Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.

Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés.

À mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur. »