« Les mille et une vies de Billy Milligan » de Daniel Keyes…

Une fois commencé, vous aurez du mal à le lâcher !
634 pages. D’une seule traite donc. 

Une dissociation de la personnalité.
Des viols.
L’irresponsabilité pénale. 

Une histoire vraie : celle de William Stanley Milligan (1955-2014).

Au fur et à mesure que le lecteur tourne les pages, il découvre les différentes personnalités qui habitent Billy Milligan : 24 au total ! Oui, oui, vous avez bien lu…
Les 10 principales et les secondaires (les « indésirables ») d’où découlent différents traits de caractère, différents âges, différents sexes (et orientations sexuelles), différentes langues et accents… 

Une (dé)construction en trois parties.
Pour mieux connaître sa vie. Pour mieux « comprendre » le pourquoi, sans toutefois cautionner ou dédouanner évidemment. 
Et c’est bien là la force du livre. 

Sévices psychologiques, sévices physiques, sévices sexuels.
Billy Milligan s’est protégé comme il a pu ai-je envie de dire.

Tellement perturbant que le livre devient un véritable page turner, à en devenir un peu dingue… 

Si vous appréciez la psychologie, la psychiatrie qui  dépassent les frontières du droit (pénal), ce livre est pour vous.
Et si vous restez seul(e) dans votre tête une fois refermé, chapeau bas.

Une lecture fascinante.

©Céline Huet-Amchin

Remarques : 

Je préfère le titre en anglais « The minds of Billy Milligan » (littéralement « Les esprits de Billy Milligan »). 

Le Livre de Poche le classe dans les thrillers. Je n’ai pas trop compris étant donné que c’est plus une biographie. Certainement plus « vendeur »…  

Note de l’éditeur (Le Livre de Poche) : 

« Quand la police de l’Ohio arrête l’auteur présumé de trois, voire quatre, viols de jeunes femmes, elle pense que l’affaire est entendue : les victimes reconnaissent formellement le coupable, et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Pourtant, ce dernier nie farouchement. Son étrange comportement amène ses avocats commis d’office à demander une expertise psychiatrique. Et c’est ainsi que tout commence…
On découvre que William Stanley Milligan possède ce que l’on appelle une personnalité multiple, une affection psychologique très rare. Il est tour à tour Arthur, un Londonien raffiné, cultivé, plutôt méprisant, Ragen, un Yougoslave brutal d’une force prodigieuse, expert en armes à feu, et bien d’autres. En tout, vingt-quatre personnalités d’âge, de caractère, et même de sexe différents ! »

J’ai vu il y a plusieurs mois de cela le film « Split », inspiré de l’histoire de Billy Milligan. 
Si la performance de l’acteur (James McAvoy) est à relever, entre les deux je vous recommande vivement le livre !

« Faire danser les gens » de Fred Rister…

#FDG , ou la musique en « infra-veineuse » (les connaisseurs comprendront et apprécieront; les autres reviendront vers moi pour les explications)…

Avouons d’emblée que je souffre d’une culture musicale assez pauvre (disons que ma playlist n’est pas aussi « avouable » que celle de Mon Brun). Je craignais du coup que ce livre ne soit pas du tout pour moi.
Alors faites ce que j’ai fait : sortez de votre zone de confort le cas échéant et plongez-vous dans ce que vous ne connaissez peut-être pas parce qu’au final nous avons tous esquissé des mouvements bougé (grave) nos popotins et/ou chantonné perdu nos voix sur « I Gotta Feeling » (et bien d’autres tubes planétaires : « Love Don’t Let Me Go » , « Love Is Gone » …).

C’est l’histoire d’un p’tit gars du Nord, d’un homme de l’ombre qui s’est battu et qui se bat toujours pour tenter de réaliser tous ses rêves…

Emprunt d’une justesse naturelle et bien écrit (jolie surprise), les lignes ne souffrent d’aucun bling-bling, pathos ou autre chose qui pourrait déranger le lecteur malgré les noms évoqués et le sujet.

Un p’tit miracle se produit à la lecture et j’espère que Fred Rister ne fera pas danser les anges trop vite…

Note de l’éditeur (Editions Séguier) :

« Je suis de Malo-les-Bains, près de Dunkerque. Fils d’ouvrier tranquille, je décrochai un BP de coiffure, gagnais ma vie, j’étais aimé de mes parents et bien sûr, quelque chose me manquait. C’est au Stardust, la boîte mythique de La Panne, assis dans la cabine du DJ, que quelque chose changea. La musique, cette musique, me percuta pour la vie. Ça doit être ça, une « vocation », et trente ans plus tard des célébrités m’embrassaient, je me retrouvais en haut des classements mondiaux, ceux des ventes de disques, et je voyais la planète entière danser sur mes tubes ! Cette musique ? Je fais de l’électro pop music. La plus controversée – et méprisée – de la musique actuelle. Mais la plus populaire, aussi. Une œuvre existe dès lors qu’elle est lue, vue, écoutée – ici, je rivalise avec Ravel ! Alors n’allons pas écrire qu’un homme sût croire en son « destin » ou je ne sais quelle connerie. J’ai subi neuf cancers. Je suis le plus célèbre des inconnus. Je travaille avec plaisir pour les autres sans chercher leur gloire. Et je n’ai pas quitté le Nord comme jamais je ne renierai ma musique. Il n’y aurait pas d’autre façon de se trahir. De se mentir. De se tuer. »

Fred Rister est un DJ et producteur de musique électro pop français. Il a co-écrit et co-produit plusieurs des grands tubes planétaires de David Guetta, dont les hits Who’s That Chick et I Gotta Feeling avec les Black Eyed Peas. Ils reçoivent ensemble en 2011 le Grammy Awards de la Meilleure Chanson Dance de l’année pour When Love Takes Over.

J’ai eu l’occasion de rencontrer Fred Rister lors de la séance de dédicace organisée à la Librairie Idéale à Paris mercredi soir.
Un beau moment. Il n’est en effet pas avare du temps accordé aux personnes qui viennent le voir et il est d’une humanité rare…

Ce livre se lit autant qu’il s’écoute.
Carole Madelon-Marie a créé LA playlist à offrir en parallèle à vos oreilles sur Spotify.

Outre cette auto-biographie, il est à rappeler que le 16 mars dernier est sorti dans tous les bacs le titre « I want a miracle » (#IWAM).

Que ce soit pour le single ou le livre, sachez que Fred Rister reverse l’intégralité des ventes à Kidney Cancer Association.

#fuckcancer

“Les soeurs Brontë, la force d’exister” de Laura El Makki…

Ce livre au doux parfum de l’Angleterre du XIXe et de tout ce qui a fait les Brontë a été un véritable page-turner me concernant !

A la manière de Tatiana de Rosnay qui a fait revivre Daphné du Maurier (“Manderley for ever”), Laura El Makki nous conte l’histoire  de la célèbre famille pour le plus grand plaisir des lecteurs même si personnellement je n’ai rien appris de plus que ce que je savais déjà.

Ce que j’ai particulièrement apprécié est sans aucun doute la genèse du processus créatif de l’écriture, cet art commun qui coulait dans leurs veines.

Document ponctué de lignes de Charlotte, Emily et Anne, ce dernier nous incite à nous replonger dans leurs écrits, romans, dessins et poèmes.

Et l’on referme le livre en souhaitant une chose : aller visiter Haworth !

Belle lecture à tous !

Note de l’éditeur (Tallandier) :

“Les soeurs Brontë sont un mystère. Isolées du monde, filles d’un pasteur de village, elles ont révolutionné l’histoire littéraire en publiant, sous pseudonymes masculins, des romans brûlants d’amour et de vie comme Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent.
Haworth, 1836. Dans les landes du Yorkshire, Charlotte (20 ans), Emily (18 ans) et Anne (16 ans) écrivent à la lumière de la bougie. Comment ces jeunes femmes de condition modeste, sans relations ni entregent, vont-elles devenir des auteurs qui comptent ? Quel rôle tient leur frère Branwell, artiste raté, dans cette fratrie à la fois soudée et rongée par les non-dits ?
Partie sur les traces des soeurs Brontë, Laura El Makki nous plonge dans leur intimité, leurs alliances, leurs déchirements, et nous raconte le destin de trois femmes aux prises avec l’adversité, qui ont su trouver en elles la force d’exister.”

Livre lu dans le cadre du Jury du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 dont je fais partie !

« Gabriële » d’Anne & Claire Berest…

Note de l’éditeur :

« Septembre 1908. Gabriële Buffet, femme de 27 ans, indépendante, musicienne, féministe avant l’heure, rencontre Francis Picabia, jeune peintre à succès et à la réputation sulfureuse. Il avait besoin d’un renouveau dans son œuvre, elle est prête à briser les carcans : insuffler, faire réfléchir, théoriser. Elle devient «  la femme au cerveau érotique  » qui met tous les hommes à genoux, dont Marcel Duchamp et Guillaume Apollinaire. Entre Paris, New York, Berlin, Zürich, Barcelone, Étival et Saint-Tropez, Gabriële guide les précurseurs de l’art abstrait, des futuristes, des Dada, toujours à la pointe des avancées artistiques. »

Ce livre est un sublime coup de pinceau doublé d’une note de musique subtile qui met en lumière une muse et une compagne exceptionnelle.

C’est le portrait d’une femme libre (mais la condition de celle-ci est évoquée sans concession) dans le Paris artistique fin XIXe / XXe comme je les aime, dont le trait est aussi fin et piquant qu’élégant.

Les soeurs Berest (arrière-petites-filles de Gabriële) nous font comme la conversation, nous conte l’histoire, en s’apostrophant.
J’ai particulièrement apprécié cette façon de faire que j’ai trouvé des plus intéressantes : cela plonge le lecteur dans l’intimité du couple et de tous ceux qui l’entourent.

Au final, nous avons entre les mains un magnifique tableau vivant, que je vous recommande vivement !

Editions Stock

Livre lu dans le cadre du Jury du Grand Prix des Lectrices ELLE 2018 dont je fais partie !

« Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts » de Catel, Polack et Bouilhac…

En marge de l’exposition « 21 rue de la Boétie » cet album, édité aux Editions Dupuis, retrace (rapidement) le combat d’une vie : celui de Rose Valland, « historienne d’art, résistante et capitaine de l’armée française qui a activement contribué au sauvetage et à la récupération de presque 45 000 œuvres d’art volées par les nazis. »

Ce livre en deux parties (une BD et des documents historiques) vous donnera envie d’aller plus loin, et notamment de lire « Le front de l’art » qu’elle a écrit.

Belle lecture (indispensable) à tous !

Films à voir sur le sujet : « The Monuments Men » et « Le train » .