« Daniel Buren, MONUMENTA 2012 » au Grand Palais (Paris)…

Confrontation sans équivalent dans le monde, MONUMENTA invite chaque année un artiste d’envergure internationale à investir la Nef du Grand Palais, avec une oeuvre inédite conçue spécialement pour cet espace…

Concernant Daniel Buren, l’invité de cette année, trois concepts clés sont à mettre en exergue :

  • La couleur, qui fait intervenir la lumière naturelle ou électrique : un éventail infini de variations s’ouvre alors
  • Le travail in situ, qui signifie que l’oeuvre naît de l’espace dans lequel elle s’inscrit
  • La lumière, qui joue avec certains matériaux, réfléchissants, translucides ou transparents, mais aussi avec les formes et les ombres, avec les couleurs, transformant ainsi l’oeuvre et son environnement à chaque instant
Exposition ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre donc…

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Daniel Buren Monumenta 2012 Grand Palais Paris

Une « Mademoiselle Julie » à oublier…

Tout était prometteur : les mots claquants de Strindberg et le rôle titre tenu par la brillante Juliette Binoche (que l’on ne présente plus)…

La mise en scène, résolument moderne, aurait pu être intéressante mais malheureusement avec d’autres comédiens qui, là, ont très mal servi le texte.

Et comme si cela était fait exprès : 1h50 de spectacle sans entracte et des rappels forcés.

Je continuerai d’attendre Juliette au cinéma, mais plus jamais au théâtre.

Une véritable déception !

Mademoiselle Julie Théâtre de l'Odéon Paris